«Félicitations Grand-Maman»

swissinfo.ch

La presse salue l'élection au gouvernement de la socialiste et jeune 'grand-maman' Micheline Calmy-Rey.

Ce contenu a été publié le 05 décembre 2002 - 10:23

En revanche, les critiques pleuvent sur l'Union démocratique du centre qui a dénaturé cette élection pour en faire une tribune en vue des fédérales de 2003.

C'est bien sûr la presse genevoise qui se montre la plus heureuse de l'élection: «Calmy-Rey élue, Genève gagne», titre par exemple la Tribune de Genève. Le journal du bout du lac estime que le Parlement a ainsi reconnu que, même différente, Genève fait partie de la Suisse.

Dans la peau d'une réconciliatrice

Les deux grands journaux populaires insistent pour leur part sur la dimension humaine de Micheline Calmy-Rey. «Une grand-mère au top», titre Le Matin, tandis que le Blick alémanique écrit «Félicitation grand-maman».

Mais surtout, les analystes pensent que, grâce à Micheline Calmy-Rey, la Suisse de l'avenir, multiculturelle et ouverte, restera représentée au gouvernement.

«Les institutions, l'honneur des femmes, la représentativité de la minorité linguistique et culturelle romande, celle des villes aussi, sont saufs», estime L'Express.

«Un peu malgré elle, voilà Micheline Calmy-Rey dans la peau d'une réconciliatrice. Entre Romands et Alémaniques, entre centres urbains et régions de campagne, entre la Confédération et Genève », écrit le journal Le Temps.

La plus grande partie de la presse est donc satisfaite. Pour la Basler Zeitung, elle est «une femme de gauche placée au bon endroit». «C'est une bonne élection», juge pour sa part l'Aargauer Zeitung.

En fait, seule la presse fribourgeoise se montre mécontente. «Cette élection laisse un goût de duperie. Il n'y a guère de doute que les socialistes fribourgeois ont été piégés par Christiane Brunner, présidente du PS, qui militait pour sa camarade genevoise».

Une «vraie» Romande

L'origine alémanique de Ruth Lüthi avait fait couler beaucoup d'encre. Or, au terme de l'élection, les avis sont encore partagés.

Le Nouvelliste valaisan estime qu'à «aucun moment cette controverse régionalo-linguistique n'a dérapé sur une querelle ethnique».

La Berner Zeitung critique la polémique qui a entouré cette question des langues. Pourtant, le grand quotidien bernois estime que «l'élection de Calmy-Rey est juste et importante.»

Finalement encore une fois, c'est la presse fribourgeoise qui se singularise. «La campagne contre Ruth Lüthi et ses racines alémaniques a pris une tournure grotesque et raciste», écrit les Freiburger Nachrichten. «Germanophone est devenu le gros mot de l'année», déplore le quotidien.

L'UDC fustigée

Micheline Calmy-Rey n'est pas la seule gagnante de l'élection. Pour plusieurs commentateurs, c'est aussi le cas de l'Union démocratique du centre, qui a su utiliser cet événement comme tribune. Pour le Bund notamment, ce parti de la droite dure a réussi à «utiliser impunément cette élection comme une plate-forme électorale».

La presse critique donc l'attitude du parti qui a détourné le sens de cette élection. Mais surtout, elle constate que l'UDC semble de plus en plus s'orienter vers une opposition systématique.

Ses bulletins blancs après l'éviction de son candidat témoignent d'«aspirations sectaires et absolutistes», conclut la Neue Zuercher Zeitung.

swisinfo/Olivier Pauchard

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article