Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

«Le Décalogue», formidable mécanique scénaristique

Frank Giroud, scénariste-orfèvre!

(swissinfo.ch)

Dans le cadre du Festival BD de Sierre, les dessinateurs de la série «Le Décalogue» ne chôment pas... Le nombre de solliciteurs de dédicaces témoigne du succès rencontré par l'incroyable projet du scénariste français Giroud.

L'éditeur Glénat semble se spécialiser dans la saga à tendance spirituelle: «Le Troisième Testament» de Dorison et Alice, sorte de remake BD du «Nom de la Rose», «Le Triangle Secret» de Convard, sulfureuse et brillante remise en cause du christianisme, et «Le Décalogue», ambitieuse série conçue par Frank Giroud.

Quatre tomes sont déjà parus. Et il y en aura dix. Chaque récit est indépendant, et peut donc se lire en tant que tel. Mais tous sont liés, l'ensemble a donc une cohérence, du tome 1 au tome 10.

Et en février 2003, quand paraîtra l'ultime épisode du «Décalogue», on pourra relire le tout du tome 10 au tome 1... Car le récit procède d'une chronologie inversée, de 2001 à 632. Dernier détail: chaque récit a un lien avec l'un des dix commandements de ce nouveau Décalogue. Suis-je clair?

Frank Giroud était à l'origine parti sur un récit unique, un «one-shot». Mais l'envie de prolonger et de complexifier son histoire a été telle qu'en a découlé ce véritable puzzle scénaristique, dont la mécanique s'est construite en deux ans... Sans compter l'écriture. Dix dessinateurs (dont Béhé, Gillon, Franz) l'accompagnent dans cette aventure - un par album.

Au centre de l'affaire, «Nahik», un livre écrit au début du 19e siècle, par un auteur inspiré de Victor Hugo. Un livre qui contient des aquarelles réalisées en 1798, et parmi elles, la reproduction d'une omoplate de chameau - au 7e siècle, un des supports employés par les Arabes pour écrire, semble-t-il. Et sur cette omoplate figure un décalogue qui semble être écrit de la main-même du Prophète...

«Ce n'est pas une série mystique du tout», prévient Giroud. «Je suis farouchement contre tous les intégrismes et tous les dogmes. J'estime que la spiritualité relève de l'individu exclusivement et qu'elle ne doit pas être encadrée par une religion quelle qu'elle soit. Et surtout ne pas faire l'objet de coercitions, comme c'est le cas dans l'islam».

Et d'ajouter: «Mahomet a balancé, pendant toutes ses prédications, entre deux positions contradictoires: la tolérance et la fermeté, voire la férocité. Je suis parti du principe qu'à la fin de sa vie, Mahomet avait fait le choix de la tolérance... J'ai pensé qu'on avait peut-être besoin d'une relecture dans un sens humaniste, et c'est justement l'objet des dix commandements qui apparaissent sur cette omoplate».

Et dire que d'aucuns pensent encore que la bande dessinée ne produit que des petits mickeys, dont la clientèle privilégiée serait les enfants...

Bernard Léchot


Liens

×