Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

«Le Pélican», un huis clos racinien

Les acteurs de la pièce Le Pélican. (photo Vidy-Lausanne)

Martine Charlet crée au Théâtre de Vidy-Lausanne la pièce du Suédois August Strindberg. Ses acteurs exacerbent le drame familial évoqué par l'auteur.

«L'Orestie» d'Eschyle a traversé les siècles. Le meurtre d'Agamemnon par sa femme Clytemnestre, secondée par son amant Egisthe et plus tard punie par son fils Oreste, est un modèle d'adultère et de crime reproductible à l'infini.

Les grands dramaturges l'ont compris, qui de Shakespeare à Tchekhov ont su faire basculer la comédie des gens ordinaires dans la vraie tragédie. «Le Pélican» d'August Strindberg, que crée au Théâtre de Vidy la Vaudoise Martine Charlet, n'échappe pas à ce modèle.

Drame familial donc. Cinq acteurs sont réunis pour le jouer. Le père est mort à force d'avoir été mal aimé par son épouse (Sylvie Genty) qui lui a préféré Axel (Christian Gregori), le mari de sa propre fille (Nathalie Lannuzel).

Les deux amants manigancent pour mettre la main sur un testament que le père aurait laissé. Mais le fils (Yves Jenny) les démasquera et saura choisir son châtiment.

A ce quatuor, s'ajoute la servante Margret (Nicole Vautier) qui dès la première scène définit l'enjeu de la pièce: «Votre heure viendra [...]. Chacun son tour», dit-elle à la mère.

Dans un huis clos racinien, des vies se croisent et se séparent en des diagonales et des parallèles dessinées par les déplacements des acteurs.

Géométrie variable des sentiments que Martine Charlet réussit très bien dans la forme mais dont le fond est, hélas, épaissi par un jeu d'une expressivité appuyée. Ce qui exacerbe le drame intérieur des personnages sans pour autant rendre plus touchants les comédiens qui les incarnent.

Se détache du lot l'excellent Yves Jenny, fils trop lucide pour être heureux. Sa souffrance est sublimée, son regard est d'une fixité troublante, sa voix est blanche. Il compose une figure convaincante qui doit beaucoup à Oreste.

Ghania Adamo

«Le Pélican». Théâtre de Vidy-Lausanne; jusqu'au 26 novembre. Tel: 021/619 45 45.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

×