Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

'Les Droits de l'homme sur le podium'

Le dissident chinois Cai Chongguo ne croit pas à un boycott des Jeux.

(swissinfo.ch)

A quatorze mois du début des Jeux olympiques de Pékin, la section suisse d'Amnesty international (AI) lance une campagne pour le respect des Droits de l'homme en Chine.

AI fera circuler une pétition sur le thème 'les Droits de l'homme sur le podium'. L'organisation, qui compte recueillir au moins 20'000 signatures, n'appellera pas pour autant au boycott des Jeux.

C'est à son assemblée des délégués samedi à Locarno qu'AI a présenté sa campagne, axée sur quatre exigences: la Chine doit supprimer la peine de mort et les 'camps de rééducation', lever la censure sur Internet et cesser les persécutions contre les défenseurs des Droits de l'homme.

«Le comité de candidature de Pékin 2008 avait promis en son temps que les Jeux contribueraient au développement des Droits de l'homme en Chine, rappelle Christine Heller, coordinatrice des campagnes chinoises de la section suisse d'AI. Mais pour l'heure, nous n'avons rien vu».

Au contraire, AI estime que des centaines de milliers de personnes sont aujourd'hui internées dans des camps. Depuis des mois, la police a entrepris de 'nettoyer' la capitale en vue des Jeux olympiques. Les sans-abri, les mendiants et les marchandes de rue sont arrêtés et envoyés dans ces 'camps de rééducation', où ils peuvent être détenus jusqu'à trois ans sans le moindre jugement.

Surveillance policière et peine de mort

«Il y a quatre ans, je croyais encore qu'Internet allait contribuer à démocratiser mon pays», explique Cai Chongguo, professeur de philosophie et dissident chinois de 52 ans, réfugié à Paris depuis les massacres de Tienanmen en 1989.

Or aujourd'hui, il a acquis la conviction qu'Internet est bien plus devenu un instrument de contrôle de la population. Plus de 30'000 policiers surveillent le réseau 24 heures sur 24 et des centaines de sites sont censurés.

Et la situation n'est guère plus brillante sur le front de la liberté de la presse. Si les journalistes étrangers disposent désormais d'une plus grande latitude que par le passé, Cai Chongguo sait que leurs confrères chinois sont toujours étroitement surveillés par le régime, qui leur dicte les sujets qu'ils ont le droit de traiter.

AI dénonce également les nombreuses condamnations à mort prononcées par les tribunaux chinois. Au moins 1010 exécutions l'année dernière selon les sources de l'organisation, mais le chiffre réel pourrait être bien plus élevé encore.

Les Jeux sont une chance

Malgré ce bilan très sombre, AI n'appellera pas au boycott de Pékin 2008. «Nous sommes convaincus que ces Jeux olympiques sont une grande chance pour attirer l'attention sur la situation des Droits de l'homme en Chine», déclare Daniel Bolomey, secrétaire général de la section suisse.

Un avis que partage Cai Chongguo. «Un boycott ne se justifierait qu'en cas d'événements graves, comme de nouveaux massacres», explique l'intellectuel chinois à swissinfo.

AI a donc lancé officiellement sa pétition samedi. Adressée au premier ministre chinois, elle sera remise à l'ambassade de Chine à Berne le 8 février 2008, soit six mois exactement avant l'ouverture des Jeux.

La section suisse de l'organisation de défense des Droits de l'homme s'est fixé comme objectif de réunir au moins 20'000 signatures.

swissinfo, Gerhard Lob à Locarno
(Traduction de l'allemand: Marc-André Miserez)

En bref

Le 13 juillet 2001, le Comité international olympique (CIO, basé à Lausanne) a attribué l'organisation des Jeux d'été 2008 à la ville de Pékin. Tandis que la capitale chinoise était en fête, de nombreuses organisations des défense des Droits de l'homme, des dissidents et des exilés chinois critiquaient cette décision.

Ils ont alors parlé d'«erreur d'appréciation historique» et de «récompense accordée à un régime corrompu». Certains ont même tiré le parallèle avec les Jeux de Berlin, qui en 1936 avaient servi de plateforme de propagande au régime nazi.

D'autres voix ont objecté que ces Jeux pouvaient représenter une chance pour la démocratisation de la Chine. Le CIO quant à lui s'est efforcé d'éviter une discussion sur la question des Droits de l'homme.

Fin de l'infobox

Faits

Les Jeux d'été 2008 auront lieu du 8 au 24 août à Pékin et pour la première fois en République populaire de Chine. Les meilleurs spécialistes de 28 disciplines s'y affronteront lors de 302 compétitions.
La cérémonie d'ouverture commencera à 8h08, heure locale (20h08 en Suisse). Le stade olympique de Pékin, baptisé 'le nid d'oiseau', est dû aux architectes suisses Herzog & De Meuron.
30'000 travailleurs s'activent jour et nuit sur les différents chantiers de la capitale afin que tout soit prêt à temps.
Officiellement, ces Jeux se veulent écologiques, high-tech et culturels.

Fin de l'infobox


Liens

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

×