Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

«Une petite lueur dans l'obscurité»

Le Nobel de la Paix 1998, John Hume, salue l'ancienne ministre française de la santé Simone Veil devant l'ancien président polonais Lech Walesa.

(Keystone Archive)

La cérémonie de lancement de l’Initiative de Genève a été organisée lundi à Genève.

Marraine de ce plan de paix non officiel, Micheline Calmy-Rey a dit son espoir que les gouvernements israélien et palestinien s’en inspirent pour parvenir à la paix.

Après trois années de violences, ce texte représente «une petite lueur dans l´obscurité», a déclaré la ministre suisse des Affaires étrangères, Micheline Calmy-Rey.

La cheffe de la diplomatie suisse a, en outre, souhaité que l’Initiative de Genève sur le Proche-Orient rencontre un appui «très, très vaste».

Devant plusieurs centaines de représentants israéliens et palestiniens, la conseillère fédérale a relevé que les deux parties avaient dû faire des compromis «très douloureux» pour parvenir à ce document.

«Alliée indéfectible»

Qualifiée d´«alliée indéfectible du processus de paix» par le maître de cérémonie, l´acteur américain Richard Dreyfuss, la ministre s´est dite fière de constater que le processus ayant abouti à l´Initiative avait vu le jour en Suisse.

Tout en soulignant les trois vertus cardinales de l’Initiative. A savoir, l’existence d’une alternative au conflit et de partenaires au dialogue qui, de surcroît, étaient parvenus à trouver des solutions détaillées aux questions les plus épineuses.

Ovationné

Elle a ajouté que le Département fédéral des affaires étrangères (DFAE) avait été associé à cette réflexion, mais qu´il n´était pas intervenu dans le contenu de l´accord. Elle a insisté sur le rôle «facilitateur» des diplomates suisses dans le processus de négociation.

Ovationné par l´assemblée, l´ancien président américain Jimmy Carter, parrain de la paix entre Israël et l´Egypte en 1979, a pour sa part félicité les protagonistes de l´Initiative, l´Israélien Yossi Beilin, le Palestinien Yasser Abed Rabbo et le professeur genevois Alexis Keller.

Prix Nobel

«Nous ne verrons probablement jamais de base plus prometteuse pour la paix» au Proche-Orient que cette Initiative, a affirmé l’ancien président américain dans une brève allocution. «La seule alternative à cette Initiative est la poursuite de la violence», a ajouté le prix Nobel de la Paix 2002.

Jimmy Carter a en outre déploré le trop grand désintérêt dont l’administration Bush fait preuve à l’égard du peuple palestinien au seul profit de l’Etat d’Israël.

A noter encore les propos de l’Irlandais John Hume. Si l’Union européenne est le meilleur exemple de résolution des conflits, c’est parce qu’elle est fondée sur le respect des différences, parce que des institutions permettent de les faire respecter et parce que ses habitants travaillent ensemble, a déclaré en substance le Prix Nobel de la Paix 1998.

swissinfo et les agences

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.








Teaser Longform The citizens' meeting

Teaser Longform The citizens' meeting

1968 en Suisse