Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Donald Trump a signé mardi un décret visant à réformer l'attribution de visas très prisés du secteur technologique, dont les célèbres H-1B (archives).

KEYSTONE/EPA/SHAWN THEW

(sda-ats)

Plus de 150 entreprises américaines issues essentiellement du secteur technologique ont de nouveau pris position mercredi contre la politique anti-immigration du président Trump. Elles ont transmis un document à une cour d'appel de Virginie.

Le décret révisé signé début mars par le président américain, tout comme la première mouture fin janvier, "inflige des dommages substantiels aux entreprises américaines, à leurs salariés et à l'ensemble de l'économie", affirment ces entreprises, dont les poids lourds Facebook, Google, Amazon et Microsoft.

La cour de Virginie doit statuer sur la légalité du décret, qui veut interdire l'entrée aux Etats-Unis des réfugiés et des ressortissants de six pays musulmans, mais fait l'objet d'un bras de fer judiciaire. Un juge fédéral d'Hawaï avait notamment bloqué son application en mars.

La lettre des entreprises apporte un soutien formel aux opposants du décret, rappelant notamment que les Etats-Unis sont "une nation d'immigrants" et la contribution de ces derniers dans la vie économique, politique, culturelle et sportive du pays.

Néfaste pour les entreprises

Elle affirme notamment que le décret nuit à la capacité des entreprises américaines à rivaliser sur la scène internationale et à recruter des salariés talentueux, et donne aux multinationales une incitation à s'installer et à embaucher en dehors des Etats-Unis. La lettre compte au total 162 signataires.

On y retrouve de nombreuses entreprises technologiques de toutes tailles, avec des acteurs historiques du secteur comme Intel, Hewlett Packard Enterprise, eBay ou Yahoo!, la figure de proue de la vidéo en streaming Netflix, les sociétés du milliardaire Elon Musk, SpaceX et Tesla, ou celles de Jack Dorsey, Square et Twitter, ainsi que de nombreuses startups en vue comme Airbnb, Fitbit, GoPro, Pinterest, Snap, Uber...

La liste comprend aussi quelques acteurs ne faisant pas partie du secteur technologique, comme le spécialiste des yaourts Chobani.

La nouvelle offensive intervient au lendemain de la signature par Donald Trump d'un nouveau décret visant cette fois à réformer l'attribution de visas très prisés du secteur technologique, dont les célèbres H-1B, des permis de travail destinés aux scientifiques, ingénieurs et programmeurs.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS