1789: Tell s'expatrie pour se faire révolutionnaire

Ce contenu a été publié le 26 juillet 2004 - 09:06

Au siècle des Lumières, la petite démocratie helvétique attire l’attention. Son système politique alimente les débats philosophiques et politiques. Les conjurations contre la monarchie française et les assemblées jacobines se retrouvent dans le Serment du Grütli. Tell, le tyrannicide, sert aussi à légitimer l’exécution de Louis XVI à la guillotine.

En 1766, l’écrivain français Antoine-Marin Lemierre (1733-1793), membre de l’Académie française, consacre un drame au personnage. Le succès de la pièce – une œuvre conçue pour diffuser l’image du héros libérateur du joug de la monarchie – rend le Suisse aux bras noueux très populaire en France.

Ensuite, avec les idées de la Révolution française, le personnage du combattant de la liberté traverse l’océan et gagne les colonies anglaises d’Amérique.

Avec la Révolution américaine de 1776 et la Déclaration d’indépendance du 4 juillet, la gloire de l’arbalétrier uranais ne connaît plus de frontières. Aux Etats-Unis, elle est restée à son comble, ainsi qu’en témoigne une abondance de films et de séries télévisées.

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article