Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

200 à 300 emplois menacés chez Crossair

Crossair pourrait supprimer certaines lignes déficitaires.

Crossair étudie un redimensionnement pour assurer son avenir. La compagnie envisage notamment de supprimer certaines lignes. L'ensemble des mesures pourrait conduire à la suppression de 200 à 300 emplois.

C'est en raison de la situation économique et du rejet de la nouvelle convention collective de travail (CCT) par la majorité des pilotes que la compagnie bâloise «se voit contrainte d'envisager de réduire sa taille», a-t-elle indiqué dans un communiqué diffusé lundi soir.

Parmi les mesures envisagées, la compagnie examine la suppression de certaines lignes déficitaires. Cela entraînerait la mise à disposition et la vente de cinq à dix avions Saab 2000 et MD-80, précise la compagnie. De même, Crossair pourrait se séparer plus tôt que prévu de ses Saab 340.

«L'ajournement du remplacement de la flotte de MD-80 et le report des livraisons d'Embraer est également à l'étude», ajoute Crossair. Et l'effectif des équipages de Lugano est, lui aussi, remis en question.

«L'ensemble de ces mesures conduirait à la suppression de 200 à 300 postes de travail d'ici au printemps prochain», souligne la compagnie dans son communiqué.

Une décision définitive doit être prise dans deux semaines, a déclaré André Dosé, directeur suppléant chez Crossair. La compagnie a l'intention de réaliser des économies de plusieurs dizaines de millions de francs. Il ne s'agit pas de rendre la monnaie de sa pièce au syndicat des pilotes, a ajouté André Dosé. Mais il en va, selon lui, de la survie de l'entreprise.

La compagnie affirme vouloir poursuivre ses négociations avec le comité du syndicat des pilotes, le CCP. Mais elle avertit qu'il n'est pas question d'améliorer les dispositions de la CCT qui vient d'être rejetée.

Filiale de SAirGroup, Crossair a bouclé le premier semestre 2000 sur une perte de 6 millions de francs. La nouvelle CCT, refusée vendredi passé par le syndicat des pilotes avec une majorité de 62,7 pour cent, aurait causé des charges supplémentaires de 30 à 40 millions de francs.

swissinfo avec les agences

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

×