Deux cent quatorze cas de rougeole ont été recensés en Suisse depuis janvier, soit six fois plus qu'en 2018 (34 cas), et deux décès. Les flambées de la maladie ont néanmoins pu être maîtrisées.

L'incidence de la rougeole durant les neuf premier mois de l'année est passée de 4 cas par million d'habitants en 2018 à 25,1 cas en 2019, indique le Bulletin de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP) diffusé lundi; 19% étaient des cas isolés répartis sur treize cantons, dont 83 dans le seul canton de Berne.

Sur ces 214 cas, 58% étaient endémiques, soit sans lien connu avec l’étranger, 17% ont été importés et 9% étaient liés à un cas importé. Dans 16% des cas, l’origine de l’infection n’a pas pu être établie.

9% étaient complètement vaccinés

Selon l'OFSP, 20% des personnes atteintes avaient moins de 10 ans, 23% de 10 à 19 ans et 57% 20 ans ou plus; 91% des 172 personnes dont le statut vaccinal est connu n’étaient pas vaccinées ou l’étaient de façon incomplète, 9% étaient complètement vaccinées.

La majorité des cas de 2019 en Suisse appartenaient à l’une des 30 flambées enregistrées de janvier à mai, qui ont pu être enrayées fin mai. Ces flambées sont survenues au total dans douze cantons. Les plus touchés ont été Genève, Saint-Gall, Zurich, Neuchâtel et Berne.

Maladie pas anodine

La rougeole peut encore être mortelle, même en Europe, rappelle l'OFSP. Ainsi, deux décès liés au virus ont été recensés. L’un d’entre eux était un jeune adulte jusque-là en bonne santé, non vacciné. La vaccination postexpositionnelle a eu lieu trop tard pour le sauver.

L’autre cas était un homme âgé, immunosupprimé en raison d’un cancer. Il est décédé d’une pneumonie due à la rougeole, malgré des soins intensifs à l’hôpital. Au total 45 personnes (21% des cas déclarés) ont dû être hospitalisées.

Eliminée de Suisse

En 2010, la Suisse s’était fixé pour objectif d’éradiquer cette maladie. Fin juillet 2019, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a pour la première fois déclaré que la rougeole endémique avait été éliminée de Suisse entre 2016 et 2018. Comme l’Autriche, elle fait ainsi partie des 35 pays (sur les 53 que compte la Région européenne de l’OMS) dans lesquels cette maladie a été éliminée entre 2016 et 2018.

Selon les indicateurs de l’OMS, le virus est considéré comme éliminé lorsqu’aucune chaîne de transmission de plus de douze mois n’est observée durant trois années de suite. Les cas importés de l’étranger ne sont pas pris en compte.

Malgré les flambées de début 2019, la Suisse remplit toujours les critères d’élimination de l’OMS, car aucune chaîne de transmission n’a été observée depuis le mois de juin.

Pour l'OFSP, ce succès est essentiellement dû à la couverture vaccinale, notamment des nourrissons, qui n’a cessé d’augmenter ces dernières années. Mais les efforts doivent être poursuivis.

Mots clés

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.