A Interlaken, l'AELE s'ouvre à l'Algérie

Dès à présent, les quatre membres de l'AELE auront des contacts réguliers avec l'Algérie. www.efta.int

La réunion de l´Association européenne de libre-échange s'est achevée vendredi en Suisse par la conclusion d'un accord de coopération avec l'Algérie.

Ce contenu a été publié le 13 décembre 2002 - 23:10

Des contacts réguliers permettront d'élaborer un accord de libre-échange proprement dit.

Annoncée comme l'hypothétique dernière réunion de l'Association européenne de libre-échange, faute de pays membres (voir encadré), le sommet d'Interlaken s'est achevé sur une note positive.

La Suisse, l'Islande, le Liechtenstein et la Norvège ont en effet profité de cette réunion pour conclure, jeudi, une déclaration de coopération avec l'Algérie.

Concrètement, cela signifie que dans les mois à venir, les représentants des quatre pays membres de l'AELE auront des contacts réguliers avec leurs homologues du gouvernement algérien. Ces rencontres permettront d'élaborer un véritable accord de libre-échange.

A plus long terme, ce premier succès ouvre la voie vers de possibles accords de libre-change avec l'Afrique du Nord. Grâce à eux, la Suisse pourrait disposer des mêmes accès aux marchés étrangers que ses principaux concurrents économiques.

Les relations avec les pays non-membres de l'UE en question

Au cours de la rencontre dans la station de l´Oberland bernois, les ministres se sont aussi penchés sur les négociations en cours avec le Canada, le Chili, l´Egypte et la Tunisie, a indiqué Robin Tickle, chef de la communication du Département fédéral de l´économie (DFE).

Les discussions à venir avec l´Afrique du Sud et le Liban ont également été abordées sous la présidence de la Suisse.

Les accords AELE constituent un des trois piliers de la politique économique extérieure de la Suisse, complétant les relations avec l´Union européenne (UE) et la participation à l´OMC.

Toutefois, l'entrée éventuelle de l'Islande et de la Norvège dans l'Union européenne pourrait fortement en péril la survie de l'Association.

swissinfo avec les agences

En bref

- Création le 20 novembre 1959 de l'AELE, à l'instigation du Royaume-Uni.
- Objectif: développer les échanges économiques entre les pays qui n'avaient pas adhéré à une Communauté économique européenne (CEE).
- Membres fondateurs: l'Autriche, le Danemark, le Portugal, la Norvège, le Royaume-Uni, la Suède et la Suisse.
- L'entrée du Royaume-Uni dans la CEE (1973) a constitué le premier pas du lent déclin de l'AELE.

End of insertion

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article