Toute l'actu en bref

Emmanuel Macron avec Robert Hébras, dernier survivant du drame âgé de 91 ans

KEYSTONE/EPA AFP POOL/PASCAL LACHENAUD / POOL

(sda-ats)

Emmanuel Macron a appelé samedi à la "conscience" de chacun face à la "barbarie" dans le village martyr d'Oradour-sur-Glane (Haute-Vienne). Le dirigeant français y a présidé les cérémonies marquant le 73e anniversaire du massacre perpétré par les nazis.

Entouré de centaines d'écoliers venus de toute la France et accompagné par Robert Hébras, dernier survivant du drame âgé de 91 ans, le président a déambulé dans les ruines conservées en l'état de l'ancien village où 642 personnes, hommes, femmes et enfants, ont été assassinés par une unité de la division SS Das Reich, le 10 juin 1944.

"Oradour n'est pas seulement un drame de la guerre, une épouvantable tragédie, Oradour est un scandale, un scandale absolu", a déclaré Emmanuel Macron dans un discours.

"Ici, notre conscience se fortifie, parce qu'ici elle voit, elle sait, elle touche ce contre quoi elle se dresse", a poursuivi le président. "Ici, nous faisons provision d'indignation."

Barbarie toujours présente

Le chef de l'Etat a mis en garde contre la "barbarie qui toujours couve" à travers le monde, rappelant que "le Rwanda ou la Yougoslavie hier, la Syrie aujourd'hui ne sont qu'à quelques heures d'avion."

"Et parfois, c'est chez nous, au sein de nos populations et de nos territoires que ressurgit la bestialité, l'infâme (...) qui dévastèrent Oradour", a-t-il souligné.

Et de lancer cet appel: "N'acceptons pas que les fruits de notre histoire qui s'appellent République, démocratie, Droits de l'homme et des citoyens, qui s'appellent liberté, égalité, fraternité, soient menacés ou contestés par les apôtres du néant, fanatiques en tout genres, extrémistes".

La conscience comme seul recours

"Le monde éprouve notre conscience, elle est notre seul recours", a-t-il ajouté. "En oubliant, en décidant de ne plus nous souvenir ou de ne plus nous battre, nous prendrions ce risque immensément coupable de répéter l'Histoire", a conclu le président, au pouvoir depuis un mois.

"Je n'ai pour ma part qu'une seule tâche, une seule mission : de toutes mes forces, vous aider à y parvenir, vous en rendre capable". Emmanuel Macron était déjà venu à Oradour-sur-Glane le 28 avril dernier, entre les deux tours de l'élection présidentielle.

ATS

 Toute l'actu en bref