Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

A San Francisco, le Flower Power des hippies a vécu



Scène de rue dans Haight-Street, au cœur du quartier qui fut celui des «enfants fleuris».

Scène de rue dans Haight-Street, au cœur du quartier qui fut celui des «enfants fleuris».

«If you’re going to San Francisco, be sure to wear some flowers in your hair…», chantait Scott McKenzie en 1967. Ce refrain que l’on entend encore aujourd’hui, colle toujours à l’image de la ville qui a vu naître les hippies. Mais aujourd’hui, que reste-il de leur mouvement ?

San Francisco passe pour une des villes les plus ouvertes du monde et on l’associe encore au Flower Power, né à la fin des années 60. Récemment, la compagnie aérienne Swiss a même habillé l’avion qui effectue la liaison avec la métropole de la Côte Ouest de fleurs et de symboles «Peace and Love».

Plus de 40 ans après tout ce tumulte, le centre de San Fransisco n’en a pas moins perdu pratiquement toute trace du mouvement hippie. Ce qui ne surprendra personne. Tout au plus voit-on ici ou là une voiture ou un vélo orné de fleurs, sans savoir s’il s’agit effectivement d’une relique, ou simplement d’une attraction pour touristes.

Pour découvrir ce qui a vraiment survécu du Flower Power, il faut se rendre dans le quartier de Haight-Ashbury, à l’ouest du centre. Car c’est là que le mouvement a autrefois démarré.

Haight-Ashbury et le «Summer of Love»

Le quartier n’est pas très grand. Il s’étale, comme son nom l’indique, de part et d’autre du croisement des rues Haight et Ashbury, entre l’immense Golden Gate Park et la petite hauteur boisée du Buena Vista Park.

A l’origine zone résidentielle bourgeoise florissante, Haight-Ashbury est devenu avec la dépression des années 30 un quartier plutôt ouvrier. Au fil du temps, les familles aisées sont parties et dans les années 60, le quartier accueille surtout des familles noires pauvres et de plus en plus d’étudiants des universités proches.

Au vu de l’ambiance de tolérance qui y règne, Haight-Ashbury intègre sans peine la communauté gay. Les attitudes critiques envers la société trouvent ici un terrain fertile et dès le début des années 60, les bases sont posées pour l’éclosion du Flower Power.

Attirés par la philosophie et les idéaux hippies, des milliers de jeunes Américains convergent de tout le pays vers Haight-Ashbury. Un mouvement qui va culminer durant l’année 1967. Le quartier devient alors le centre de la révolution fleurie, un melting-pot de musique, de drogues, de liberté sexuelle et de formes d’expression artistiques et politiques novatrices.

Le centre politique du mouvement se trouve toutefois de l’autre côté de la baie, sur le campus de l’Université de Berkeley, où les étudiants prônent un changement radical et durable de société.

L’été 67 reste pour l’Histoire l’unique «Summer of Love». Dès l’automne, de nombreux étudiants rentrent chez eux pour reprendre les cours, alors que d’autres tentent d’aller porter la révolution plus loin.

Attractions touristiques

Jusqu’à aujourd’hui, Haight-Ashbury a gardé sa réputation de quartier le plus déjanté et le plus culturellement et ethniquement multicolore de la ville.

Sur Haight Street, à côté des fringues et des bijoux faits de plumes et de coquillages typiquement hippies, les boutiques vendent toutes sortes de curiosités, des pattes de poulet aux squelettes de souris. Des flots de touristes arpentent les petites boutiques et même dans les nombreux cafés, on croise assez peu d’habitants du lieu.

Ici, on vend la légende du «Summer of Love», qui n’est plus grand-chose d’autre qu’une attraction touristique. Mais la visite peut valoir la peine, si on cherche le livre ou le disque rare et non-formaté.

La maison de Janis

C’est que Haight-Ashbury a aussi été le centre de la scène «acid rock», ou psychédélique. Au plus fort du mouvement hippie, de nombreux musiciens vivaient autour du croisement des deux rues.

L’ancienne maison de Janis Joplin n’est qu’une des nombreuses bâtisses victoriennes de style «gingerbread» (pain d’épices) qui ont été joliment rénovées et qui aujourd’hui encore agrémentent le quartier.

A Haight-Ashbury, la plupart de ces maisons de bois, dont les plus anciennes datent de 1883, ont survécu au tremblement de terre de 1906. Ces maisons autrefois bon marché jouissent en ce moment d’un regain de popularité et se négocient désormais à des prix exorbitants.

A proximité de Haight Street, les façades ont repris la pâleur des tons pastel et des voitures de classe moyenne sont garées devant les portes. Mais dès qu’on s’éloigne un peu du carrefour, le quartier se fait plutôt résidentiel chic.

Renaissance

Au final, la visite montre qu’il y a aujourd’hui à San Francisco des quartiers bien plus vivants que Haight-Ashbury. Et avec les vues tolérantes et l’incroyable optimisme des habitants de la ville, on ne serait pas surpris d’y voir se dresser un jour un nouveau mouvement qui voudra changer le monde – mais probablement pas à Haight-Ashbury.

Car là-bas, entre Golden Gate Park et Buena Vista Park, où l’on a autrefois cassé les conventions et les structures, on ne travaille plus aujourd’hui qu’à préserver le passé.

Layla Lang, San Francisco Bay, swissinfo.ch
(Traduction et adaptation de l’allemand: Marc-André Miserez)

Layla Lang

EPFZ: Agée de 28 ans, elle a étudié la biologie à l’Ecole polytechnique fédérale de Zurich, puis mené son travail de diplôme à l’Institut Max-Planck pour la microbiologie marine de Brême, en Allemagne.

Munich Elle a ensuite vécu trois ans à Munich, travaillant comme coordinatrice de projet dans la recherche clinique.

Stanford: En décembre 2009, elle déménage avec son mari, post-doctorant à Stanford, dans la baie de San Francisco. Elle y travaille comme associée en recherche clinique.

Peintre: Cette amatrice de longues randonnées à pied ou à vélo dans la nature est également peintre et illustratrice scientifique.

Fin de l'infobox


Liens

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

×