Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

ABB surfe sur la vague énergétique

ABB entend réduire ses coups mais n'écarte pas d'éventuelles acquisitions

(Keystone)

Tablant sur une demande soutenue pour les infrastructures énergétiques partout sur la planète, le géant helvético-suédois se fixe des objectifs à moyen terme proches des attentes du marché.

Entre cette année et 2011, ABB vise une hausse de 8 à 11% de son chiffre d’affaires et de 11 à 16% de sa marge opérationnelle.

Pour atteindre ces objectifs, la multinationale zurichoise entend notamment poursuivre l'amélioration de ses processus. Les initiatives en la matière devraient permettre au groupe électrotechnique de réduire ses coûts. ABB n'écarte pas par ailleurs d'éventuelles acquisitions.

Le groupe basé à Zurich entend ainsi garder un œil sur les possibilités de croissance externe, a précisé mercredi Fred Kindle, le patron d'ABB, cité dans un communiqué.

Avec une croissance annuelle du produit intérieur brut (PIB) mondial de près de 3% entre 2007 et 2011, les marchés asiatiques devraient progresser de plus de 50%.

En Amérique du Nord et du Sud, ce taux est attendu à 25%, alors qu'il se situera aux alentours de 24% en Europe, estime ABB. Les marchés du Moyen-Orient et d'Afrique devraient s'envoler de 40%.

20'000 nouveaux emplois

ABB entend créer pas moins de 20’000 nouveaux emplois durant les cinq prochaines années. En considérant les fluctuations naturelles, le groupe électrotechnique devra engager sur cette période quelque 45’000 collaborateurs.

Un tel objectif en matière de personnel constitue aussi un défi, a commenté mercredi à Zurich Fred Kindle, le patron d'ABB.

Mais ce phénomène n'est pas nouveau pour le groupe, ce dernier ayant engagé de nouveaux salariés à un rythme équivalent ces trois dernières années. «Et puis ABB dispose d'une excellente réputation en tant qu'employeur.»

Progression du chiffre d’affaires

Le groupe technologique table sur une amélioration de sa rentabilité notamment en raison d'une demande toujours soutenue.

Concrètement, le chiffre d'affaires, corrigé des effets de grosses acquisitions et à taux de changes constants, devrait ainsi progresser en moyenne entre 8% et 11% sur la période considérée (2007-2011).

ABB prévoit une marge opérationnelle à 11-16%, indique mercredi le groupe dans un communiqué et ambitionne de dégager un bénéfice par action en hausse de 15 à 20% par an en moyenne d'ici à 2011.

La rentabilité des fonds propres (ROCE) devrait quant à elle dépasser les 30% sur la période considérée. A noter que les buts qu'ABB s'était fixés pour 2005 à 2009 ont été dépassés cette année déjà.

L’action ABB sous pression

Reste qu’après publication des nouveaux objectifs ce mercredi, l'action du groupe technologique était sous pression. A 10h10, le titre perdait 1,61% à 29,4 francs, alors que le SMI cédait lui 0,30%.

Si les analystes se montrent plutôt satisfaits des nouveaux objectifs, jugés ambitieux, il semble que les opérateurs espéraient mieux. Compte tenu de la valorisation déjà élevée du titre, des prises de bénéfices ont eu lieu, selon des courtiers.

swissinfo et les agences

Faits

Chiffre d'affaires au 1er semestre 2007: 13,4 milliards de dollars (10,8 milliards en 2006).
Ebit (bénéfice avant impôts et amortissements): 1,85 milliard de dollars (1,4 milliard).
Bénéfice net: 1,27 millions de dollars (571 millions).
ABB employait environ 111'000 personnes dans 100 pays à la fin juin 2007.
Né 1988 de la fusion du Suédois Asea et du Suisse BBC Brown Boveri, ABB est l'un des leaders mondiaux des techniques de l'énergie et de l'automation.

Fin de l'infobox

En bref

Ces dernières années, le groupe helvético-suédois a traversé plusieurs phases tourmentées, qui l'ont mené au seuil de la faillite en 2001.

En janvier 2007, ABB a dénoncé un cartel de 11 entreprises électriques, dont il faisait partie. En vendant la mèche, il a réussi à échapper aux sanctions financières de la Commission européenne.

En avril 2006, le groupe est parvenu à un accord dans le dossier des demandes de réparation liées à la production d'amiante aux Etats-Unis, ceci après dix ans de procédure. Cet accord lui a coûté près de 2 milliards de francs.

En juillet 2004, ABB a payé 20 millions de francs suisses aux autorités américaines après avoir plaidé coupable dans des affaires de corruption de responsables gouvernementaux en Afrique et en Asie.

En novembre 2002, ABB a annoncé la suppression de 10'000 emplois dans le cadre d'un programme de restructuration et d'économie.

En février 2002, le groupe a reporté une perte de 1,16 milliards de francs réalisée en 2001. En même temps, ABB a octroyé d'importantes indemnités de départ à ses deux anciens chefs Percy Barnevik (148 millions de francs) et Göran Lindahl (85 millions). Un accord à l'amiable avait ensuite été trouvé pour réduire la somme de ces indemnités à 96 millions de francs

Fin de l'infobox


Liens

×