Accord UE-Suisse sur la recherche: Charles Kleiber pare à un retard

Pour le secrétaire d’Etat Charles Kleiber (archive), l’accord bilatéral donne à la Suisse «une voix beaucoup plus présente». Keystone

Le secrétaire d’Etat Charles Kleiber était mercredi à Bruxelles. Principal objectif du chef du Groupement de la science et de la recherche: évoquer les conséquences d’un possible retard dans l’entrée en vigueur de l’accord Suisse-Union européenne.

Ce contenu a été publié le 07 juin 2000 - 22:06

L’accord sur la recherche est victime de la «clause guillotine» liée à l’ensemble du paquet bilatéral: il n’entrera pas en vigueur tant que le dernier des quinze membres de l’Union n’aura pas ratifié l’accord sur la libre circulation des personnes. Du coup, vu le retard pris par la ratification dans plusieurs pays, cela ne sera probablement pas le 1er janvier 2001.

En cas de retard, même d’un seul mois, la participation de la Suisse au financement du programme-cadre européen sera reportée au début de l’année suivante. Mais Charles Kleiber et le commissaire européen à la recherche Philippe Busquin ont convenu d’une transition qui permettra aux chercheurs suisses de profiter sans délai des acquis de l’accord.

Avec l’accord bilatéral, les chercheurs suisses auront accès à tous les résultats de leurs homologues européens, ce qui n’est pas le cas aujourd’hui. Ils pourront également diriger des projets et participer aux décisions stratégiques sur les programmes de recherche.

Après leur entretien, Charles Kleiber et Philippe Busquin arboraient une mine réjouie. Pour le secrétaire d’Etat helvétique, l’accord bilatéral donne à la Suisse «une voix beaucoup plus présente». Pour le commissaire européen, «la Suisse peut être un partenaire très utile du futur espace européen de recherche».

Toute alliance européenne est bonne à prendre pour tenter de faire jeu égal avec l’essor de la recherche aux Etats-Unis et au Japon.

Thierry Zweifel, Bruxelles

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article