Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Adolf Ogi présente le modèle suisse à l'Union européenne

Adolf Ogi a présenté le modèle suisse devant la bannière européenne.

(Keystone)

Le président de la Confédération helvétique Adolf Ogi a participé jeudi à la Conférence européenne organisée dans le cadre du Sommet de Nice. Il a quitté la Côte d´Azur avec la conviction que «la Suisse est prise au sérieux».

Adolf Ogi a eu droit à un dispositif de sécurité impressionnant pour son apparition aux côtés des chefs d'Etat et de gouvernement des Quinze pays membres de l'Union européenne et des treize pays candidats à l'adhésion. Et pour cause: arrivé mercredi, il logeait dans le même hôtel que son homologue français Jacques Chirac, président en exercice de l'Union européenne.

Autant dire que l'établissement, situé à quelques centaines de mètres du centre de conférence accueillant le Sommet, fait l'objet d'une surveillance toute particulière face aux manifestations parfois très violentes qui ont accompagné l'ouverture du Sommet.

Mercredi, des dizaines de milliers de syndicalistes ont exprimé pacifiquement leurs frustrations face à la faiblesse, selon eux, de la Charte des droits fondamentaux. Mais, jeudi, les slogans ont fait place à la violence de petits groupes de casseurs.

Pas de quoi démonter Adolf Ogi, visiblement ravi de présenter le «modèle suisse » aux dirigeants des pays membres et candidats. Le président de la Confédération a notamment fait allusion au système de la double majorité, qui constitue l'une des pistes de la réforme du Conseil des ministres de l'Union européenne.

Adolf Ogi assure que ses collègues européens l'ont «écouté avec intérêt». Jacques Chirac l'a indirectement confirmé par la suite: « tous les orateurs, y compris le représentant de la Suisse, ont exprimé autant par l'esprit que par le coeur une vraie détermination à participer à la grande ambition de la réunion de la famille européenne».

Interrogé par la presse suisse sur son avenir, Adolf Ogi a refusé de commenter l'hypothèse de la succession de Bernard Kouchner comme administrateur de l'ONU au Kosovo. Mais il a indiqué qu'il faisait sa dernière apparition sur la scène politique européenne (hormis un voyage prévu en Bosnie) «en tant que président de la Confédération».

Une manière, pour Adolf Ogi, de suggérer l'éventualité d'une autre casquette.

Thierry Zweifel, Nice

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

×