Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Agence mondiale antidopage: Genève laisse le champ libre à Lausanne

La nouvelle agence antidopage attirera tous les regards.

(Schweiz Tourismus)

Prévue comme alternative à la candidature lausannoise en vue de l'attribution définitive du siège de l'Agence mondiale antidopage, Genève a décidé, suite à une suggestion du Conseil fédéral, de jeter l'éponge. Pour maximiser les chances

Les Jeux Olympiques sont terminés depuis deux semaines. La lutte contre le dopage, elle, continue. Les exemples de l'Allemand Alexander Leipold, champion olympique de lutte, ou celui de plusieurs médaillés italiens soupçonnés d'avoir absorbé des produits illicites, viennent démontrer que le dopage est plus que jamais d'actualité dans le monde du sport.

Dans ce contexte, la ville qui sera désignée, fin avril 2001, comme siège de l'Agence mondiale antidopage (AMA), profitera de cette aubaine et attirera sur elle les regards de toute la planète.

Depuis sa création, il y a une année, Lausanne abrite provisoirement l'AMA. Pourtant, peu sûr des chances réelles de Lausanne de conserver le siège définitif de cette agence, le Conseil fédéral a contacté les autorités genevoises afin de les inciter à présenter une candidature susceptible de concurrencer, par son rayonnement international, celles de New York, Vienne, Munich, Séville, Paris, Montréal ou Canberra.

Or, aujourd'hui, les choses ont évolué. Le travail de lobbying auprès des membres de l'AMA (représentants du mouvement olympique, attachés à Lausanne, et délégués des gouvernements, plus sceptiques) semble avoir porté ses fruits. La candidature de Lausanne est à nouveau en odeur de sainteté.

Raison suffisante pour le Département fédéral de la défense, de protection de la population et des sports (DDPS) et celui des affaires étrangères (DFAE) pour faire comprendre aux parties intéressées, à demi-mot, que la candidature genevoise devenait caduque. Et le dépôt d'un dossier genevois, le 23 octobre prochain, gênant.

Le dialogue intercantonal, dicté en partie depuis Berne, a donc abouti au retrait de la candidature de Genève. Beaux joueurs, les élus genevois soutiennent désormais, au nom d'une unité romande et d'un succès helvétique, la démarche lausannoise. Mais à charge de revanche!

Mathias Froidevaux

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

×