Agence mondiale antidopage: la Suisse prête à lâcher Lausanne pour Genève

Le 20 juin dernier, le vice-président du CIO et président de l’Agence mondiale antidopage Dick Pound ouvrait à Lausanne la première réunion de l'agence. Keystone

La Suisse veut mettre tous les atouts de son côté pour obtenir le siège permanent de l´Agence mondiale antidopage. Si l´Union européenne maintient son veto contre Lausanne, le Conseil fédéral soutiendra la candidature de Genève.

Ce contenu a été publié le 18 septembre 2000 - 18:16

En novembre dernier, l'Agence mondiale antidopage a élu un domicile provisoire à Lausanne, pour une durée de deux ans. L'idée initiale émanait du Comité international olympique qui siège dans la capitale vaudoise. Quant au siège définitif de l'agence, il doit être déterminé au printemps prochain. Les villes candidates ont jusqu'au 23 octobre pour déposer leur dossier.

Lausanne est candidate à sa propre succession mais se heurte à une opposition très ferme de la part de l'Union européenne. Viviane Reding, commissaire en charge des sports, avait même parlé d'une unanimité contre Lausanne parmi les ministres des Sports des Quinze. Raison avancée: l'agence est optiquement placée auprès du CIO, une réalité en opposition avec la volonté affichée de transparence et d'indépendance.

De son côté, le Conseil fédéral fait les yeux doux aux responsables de l'Agence mondiale antidopage. Il a décidé lundi de lui accorder une «aide de départ» de 110 000 dollars au cas où la Suisse devait être définitivement retenue. De plus, le Conseil fédéral est prêt à considérer l'agence comme une organisation quasi gouvernementale, avec les avantages fiscaux que cela permet d'accorder.

A dessein le Conseil fédéral ne mentionne pas explicitement Lausanne mais le «bassin lémanique». En effet il ne soutiendra pas la candidature vaudoise si l'Union européenne maintient son veto. Dans ce cas les efforts suisses se reporteront sur la candidature de Genève, comme l'a confirmé à swissinfo Heinz Keller, directeur de l'Office fédéral du sport.

Thierry Zweifel, Bruxelles

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article