Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Agence mondiale antidopage: Lausanne reste toujours dans la course

Lausanne accueille provisoirement, depuis le mois de juin, l'Agence mondiale antidopage.

(Keystone)

Réunis à Oslo, le Conseil de fondation de l´Agence mondiale antidopage (AMA) a retenu mardi six villes parmi les dix candidats pour le siège définitif de l'AMA. Lausanne a franchi cette première étape, mais les jeux sont loin d´être faits.

Outre Lausanne, qui accueille déjà provisoirement l'AMA, les 35 membres du Conseil de fondation ont sélectionné Montréal, Bonn, Vienne, Lille et Stockholm. Le choix final se fera durant l'été de l'année prochaine par le Conseil de fondation, formé pour moitié environ de représentants du sport, les autres membres étant des responsables gouvernementaux.

D'ici là, les autorités lausannoises, vaudoises et la Confédération vont redoubler d'effort pour défendre la candidature suisse. Car les oppositions à Lausanne restent vives. Bernard Métraux, responsable des Sports à la municipalité de Lausanne cite en particulier les Etats-Unis, la France et le Canada: «Viviane Reding, commissaire européenne aux Sports a également manifesté son opposition à notre candidature. Mais l'ensemble des pays de l'Union européenne ne partagent pas son point de vue».

Le principal argument de ces oppositions tient à la proximité, à Lausanne, du siège de l'AMA et de celui du Comité international olympique (CIO). Lors de l'annonce de la création de l'AMA il y a un an et demi, le CIO était sous le feu nourri des critiques, accusé à la fois de corruption et de mollesse à l'égard du dopage.

Des responsables comme la ministre française des Sports, Marie-George Buffet, (qui est rentrée mardi au sein du Conseil de fondation de l'AMA) avaient alors déclaré ne pas vouloir d'une agence antidopage sous l'influence d'un CIO controversé.

Bernard Métraux rappelle les efforts fournis, depuis, par le CIO. Il estime donc que le temps travaille pour la candidature lausannoise. Mais il est bien conscient qu'une nouvelle crise liée au dopage peut advenir et anéantir les chances de sa ville.

Quoi qu'il en soit, la diplomatie suisse va donc marteler ces prochains mois son argument massue, à savoir que l'AMA aura le plus d'influence si elle est au centre de gravité du mouvement sportif mondial. Lausanne accueille non seulement le CIO, mais également la plupart des fédérations sportives internationales.

Tout en refusant de faire des pronostiques, Bernard Métraux garde espoir: «tant que le mouvement sportif est derrière nous, Lausanne a de très bonnes chances de l'emporter, d'autant que les représentants gouvernementaux sont très divisés».

Mais Marie-George Buffet a réaffirmé mardi à Oslo qu'un comité de liaison des 15 pays de l'Union Européenne a été formé pour retenir une candidature européenne commune d'ici la fin du mois de novembre. Trois villes devraient donc rester en lice: une européenne, Montréal, qui bénéficie notamment du soutien des Etats-Unis, et Lausanne.

Frédéric Burnand

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

×