Albert Camus, footballeur à Alger

«En 1930, Albert Camus était le saint Pierre qui gardait les buts de l'équipe de football de l'Université d'Alger.

Ce contenu a été publié le 29 janvier 2008 - 07:49

Il s'était habitué à occuper ce poste depuis l'enfance, parce que c'était celui où l'on usait le moins ses chaussures.

Fils d'une famille pauvre, Camus ne pouvait se payer le luxe de courir sur le terrain: chaque soir, sa grand-mère inspectait ses semelles et lui flanquait une rossée si elles étaient abîmées. Pendant ses années de gardien de but, Camus apprit beaucoup de choses:
- J'ai appris que le ballon n'arrive jamais par où on croit qu'il va arriver. Cela m'a beaucoup aidé dans la vie, surtout dans les grandes villes, où les gens ne sont en général pas ce qu'on appelle droits.»

Un texte tiré de «Le football, ombre et lumière» de l'écrivain et journaliste uruguayen Eduardo Galeano (Editions Climats).

swissinfo

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article