Algroup-Alcan-Pechiney signent un accord de fusion définitif

La transaction en vue de la création du géant mondial de l'aluminium A.P.A, composé du Suisse Algroup, du Québécois Alcan et du Français Pechiney est prévue pour le début 2000.

Ce contenu a été publié le 16 septembre 1999 - 14:24

La transaction en vue de la création du géant mondial de l'aluminium A.P.A, composé du Suisse Algroup, du Québécois Alcan et du Français Pechiney est prévue pour le début 2000.

A l'annonce de la fusion le 11 août, Algroup et Alcan avaient déjà signé un accord définitif à deux. Pour des raisons légales nationales qui obligent à informer le personnel avant de conclure des accords de rappochement, Pechiney devait toutefois encore consulter son Comité d'entreprise, ce qui est donc maintenant chose faite.

L'opération de fusion qui se fera par deux offres publiques d'échanges (OPE) initiées par Alcan, reste toutefois soumise à plusieurs conditions. Premièrement, les actionnaires d'Alcan devront accepter l'émission des actions nécessaires à la transaction. Une assemblée doit se tenir à la fin octobre ou au début de novembre. En second lieu, le mariage à trois ne sera déclaré valable que si 67 pour cent des actionnaires d'Algroup et de Pechiney apportent leurs actions aux OPE lancées par Alcan. L'opération dépend enfin de la réalisation de l'opération de scission, sans impact fiscal, des activités de produits chimiques et d'énergie d'Algroup. Cette séparation est subordonnée à l'approbation de ses actionnaires lors d'une assemblée qui se tiendra vers la fin octobre.

Du point de vue de la législation anti-cartellaire, les trois groupes ont déjà rempli leurs obligations en matière de déclaration aux Etats-Unis et au Canada. Elle doivent encore l'être en Europe.

La fusion d'Algroup, Pechiney et Alcan dans A.P.A., dont le nom est provisoire, doit donner naissance à l'une des plus grandes entreprises d'aluminium au monde, présente dans 59 pays. Le groupe pèsera 21,6 milliards de dollars de chiffre d'affaires et entrainera la suppression de 5 pour cent de ses effectifs, soit environ 4000 emplois.

(SRI avec les agences)

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article