Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Appel aux travailleurs forcés de la Deuxième Guerre mondiale

Plus d’un demi-million de personnes recensées dans le cadre de l’accord global sont concernées.

(Keystone Archive)

Tziganes, Témoins de Jéhovah, homosexuels et handicapés jadis persécutés pour leur appartenance à l'un de ces «groupes» peuvent réclamer réparation, tout comme ceux qui à cette même époque ont été mis de force au travail pour des entreprises suisses. L'Organisation internationale pour les migrations attend leurs demandes.

Suite à l'accord passé l'an dernier devant la justice américaine entre les banques suisses et les représentants des victimes de l'Holocauste, suite également au plan d'attribution du montant global de 1,25 milliard de dollars entériné par cet accord, l'Organisation internationale pour les migrations (OIM) a été chargée de gérer le dédommagement de trois des cinq catégories de demandeurs ayant droit à une forme de compensation financière. A savoir:

- les personnes non juives - tziganes, Témoins de Jéhovah, homosexuels, handicapés physiques et mentaux - qui ont été victimes ou prises pour cibles des persécutions nazies, et soumises au travail forcé pour des sociétés allemandes ou pour le régime nazi

- les personnes réquisitionnées pour des travaux forcés au service de sociétés suisses ou de leurs filiales, qu'elles aient été ou non victimes ou prises pour cibles des persécutions nazies

- les personnes non juives - tziganes, Témoins de Jéhovah, homosexuels, handicapés physiques et mentaux - qui ont été victimes ou prises pour cibles des persécutions nazies, et qui se sont vu refuser l'entrée en Suisse, en ont été expulsées après y avoir été admises, y ont été détenues ou maltraitées alors qu'elles y avaient cherché refuge entre 1933 et la fin de la Seconde Guerre mondiale.

L'OIM, basée à Genève, a donc mis sur pied un «Programme relatif aux avoirs des victimes de l'Holocauste» qui démarre ces jours-ci. Pourquoi faire appel à cette organisation? «Parce que nous disposons d'un bon réseau d'information à travers le monde, répond Dirk De Winter, directeur de ce Programme. Et parce que le but humanitaire de cette opération coïncide avec la mission de l'OIM».

Précisions importantes: l'ordre de grandeur de ces montants individuels de compensation est d'environ 1000 dollars et les délais pour le dépôt des demandes de dédommagement ont été fixés aux mois d'août et septembre prochains selon les catégories de personnes concernées. Lesquelles, précise tout de suite Dirk de Winter, doivent savoir que «l'OIM veut leur rendre un service le plus rapide, le plus efficace et le plus humain possible».

Vu la complexité des dispositions qui régissent cette opération de dédommagement, le premier conseil donné aux ayants droit est de se procurer au plus vite toutes les informations nécessaires. Elles peuvent le faire directement auprès du siège de l'OIM ou de l'un de ses bureaux nationaux qui tiennent une brochure spéciale à leur disposition. Elles peuvent aussi consulter les pages spéciales du site Internet de l'organisation (coordonnées et liens utiles ci-dessous). Radio Suisse Internationale/swissinfo s'associe à cette campagne d'information.

En fait, l'Organisation internationale pour les migrations gère simultanément deux opérations d'indemnisation, d'une part le programme allemand de dédommagement du travail forcé, d'autre part le programme relatif aux banques suisses. Dirk De Winter assure que les demandes adressées à l'un ou l'autre de ces deux programmes seront traitées conjointement avec un maximum de synergies internes.

A noter encore que l'OIM dispose déjà de plusieurs listes (partielles mais disponibles également sur le web) de personnes ayant cherché refuge en Suisse à cette époque-là et d'entreprises suisses ou de leurs filiales à l'étranger ayant pu bénéficier de main-d'œuvre forcée. Plus d'un demi-million de personnes recensées dans le cadre de l'accord global ont été ou seront informées par courrier des différentes procédures de compensation en cours.

Bernard Weissbrodt, Genève

Point de contact OIM:
Organisation internationale pour les migrations
Programme relatif aux avoirs des victimes de l'Holocauste
17, Route des Morillons
Case postale 71
CH - 1211 Genève 19
Suisse

Courrier électronique: swissbankclaims@iom.int


Liens

×