Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Al-Hoceïma est l'épicentre du "hirak" (la mouvance). Le mouvement populaire revendique depuis sept mois le développement du Rif, une région historiquement frondeuse et géographiquement enclavée qu'il juge "marginalisée" (archives).

KEYSTONE/AP/MOSA'AB ELSHAMY

(sda-ats)

Le mouvement de contestation populaire se poursuit dans le nord du Maroc. Et la police marocaine a procédé à quatre nouvelles arrestations.

"Il y a eu trois arrestations ces dernières 24 heures", a indiqué à l'AFP une source au sein de l'exécutif local. L'identité des personnes interpellées n'a pas été précisée. Un activiste local a affirmé pour sa part que six personnes avaient été interpellées vendredi, "trois dans la ville d'al-Hoceïma, et trois dans des localités voisines".

Samedi après-midi, une figure connue de la contestation, El Mortada Iamrachen, a également été interpellée près de son domicile à Al-Hoceïma, a-t-on appris de source proche des protestataires. L'information a été confirmée dans la soirée par une source au sein de l'exécutif local.

Cet activiste, salafiste repenti, s'exprimait régulièrement dans les médias et incarnait l'aile modérée du mouvement, avec un discours pacifiste et moins intransigeant.

Collectif de suivi

Al-Hoceïma est l'épicentre du "hirak" (la mouvance). Le mouvement populaire revendique depuis sept mois le développement du Rif, une région historiquement frondeuse et géographiquement enclavée qu'il juge "marginalisée".

Ses principaux meneurs, dont son leader Nasser Zefzafi, ont été interpellés par la police depuis le 29 mai, après l'interruption par M. Zefzafi d'un prêche officiel dans une mosquée.

Selon les derniers chiffres officiels, 86 personnes ont à ce jour été présentées à la justice. Une trentaine d'entre elles ont été placées en détention préventive, accusées de lourdes charges, et notamment "d'atteinte à la sécurité intérieure".

Selon la presse marocaine, les familles des détenus viennent de créer un collectif de suivi, avec comme principal objectif de "militer" pour leur libération.

Quotidiennement

Dans la rue, les manifestations se poursuivent depuis quinze jours à un rythme quotidien à Al-Hoceïma, ainsi que dans la localité voisine d'Imzouren, autre haut lieu de la contestation. Elles ont lieu de nuit pour cause de ramadan, et se déroulent la plupart du temps sans incident.

Samedi soir, après la rupture du jeûne, un nouveau rassemblement s'est déroulé à Al-Hoceïma, mais avec une mobilisation en baisse par rapport à la veille, et non pas dans l'habituel quartier de Sidi Abed, verrouillé par les forces anti-émeutes, mais dans un quartier voisin, selon des témoins. Il n'y a pas eu d'incident.

A Imzouren, ce sont au moins 500 personnes qui ont marché dans le quartier périphérique d'Ait Wa Omar, en bordure de montagne, a constaté un photographe de l'AFP.

Malgré un climat de vive tension au début face à un important dispositif policier, la manifestation s'est finalement déroulée sans violence, se terminant devant un hôpital en construction. "Nous sommes tous Zefzafi", "Etat corrompu", "Vive le Rif". Ici comme ailleurs, les protestataires reprenaient les habituels slogans du "hirak", exigeant désormais la "libération des prisonniers".

Imzouren avait été le théâtre d'affrontements la veille, ainsi qu'il y a une semaine.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS