Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Assurance maladie: vers une augmentation des primes de près de 7 pour cent

primes assurance maladie

(swissinfo.ch)

Le Concordat des assureurs maladie suisses invoque la hausse des coûts pour 2000 et exige l'abandon de l'obligation de contracter avec chaque médecin. Le Département fédéral de l'intérieur publiera vendredi les adaptations définitives de primes 2001.

«Après que les primes 1999 aient dû être adaptées de 2,8 pour cent, et cette année de 3,8 pour cent, une nouvelle adaptation des primes par rapport au développement des coûts est malheureusement incontournable», a déclaré lundi, à Lausanne, Christoffel Braendli, président du Concordat des assureurs maladie suisses (CAMS). Les primes sont le reflet direct des coûts et doivent être adaptées à l'évolution de ceux-ci.

Le CAMS estime que l'assurance maladie de base coûtera 15,6 milliards de francs en 2000, contre 14,6 milliards l'an dernier. Les primes 2001 devraient donc être adaptées à cette augmentation de coûts, qui est de 6,8 pour cent.

Pour empêcher des hausses de primes récurrentes pour la population, le CAMS exige des mesures pour freiner les augmentations des coûts. La densité de médecins ne cesse d'augmenter en Suisse: «outre les 2 300 médecins de l'UE qui travaillent déjà dans les hôpitaux suisses, entre 300 et 500 personnes ouvrent un nouveau cabinet chaque année en Suisse», selon le président du CAMS.

Il est donc urgent de libérer les assureurs maladie de l'obligation de contracter avec chaque médecin. En effet, l'élément essentiel de l'augmentation constante des coûts réside dans le fait que chaque médecin peut, après avoir achevé sa formation, facturer à la charge de l'assurance de base.

«Les coûts directs et indirects d'un médecin s'élèvent en moyenne à 440 000 francs par an», a souligné Christoffel Braendli. Le CAMS demande donc au Parlement fédéral de «réagir dans le cadre de la deuxième révision de la LAMal».

Le Conseil fédéral avait mis en consultation la suppression de l'obligation de contracter. Après que la consultation ait abouti à des résultats controversés, il a alors renoncé à soumettre cette exigence au Parlement: «cette renonciation est totalement incompréhensible et équivaut à se mettre à genoux devant le lobby des médecins», selon Christoffel Braendli.

Le CAMS compte également beaucoup sur la nouvelle réglementation du financement hospitalier qui sera proposée dans le cadre de la deuxième révision de la LAMal. Les assureurs maladie exigent également que le nouveau tarif médical TarMed soit introduit aussi rapidement que possible, et surtout qu'il ne provoque pas de coûts supplémentaires à charge des assurances maladie.

swissinfo avec les agences

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

×