Cinquième Suisse

Aujourd'hui en Suisse

Bonjour à vous,

Lectrices, lecteurs, de Suisse et du monde. C’est Pauline à Neuchâtel, où la très prisée baignade dans le lac est désormais interdite sur une partie du littoral. En cause, une probable contamination aux cyanobactéries toxiques, qui viennent jouer les trouble-fêtes en pleine vague de chaleur.

On vous parle aujourd’hui des enjeux de la prochaine votation sur la chasse. Le texte, sur lequel les Suisses se prononceront le 27 septembre, assouplirait notamment les règles d’abattage du loup.

La législation proposée est combattue par les défenseurs des animaux, lesquels ne voient d’ailleurs pas non plus d’un très bon œil le cuir de crocodile, autre sujet développé dans cette dernière newsletter de juillet. La vente de ce matériau de luxe fait de plus en plus polémique mais l’horlogerie suisse, elle, y recourt encore pour ses bracelets. Une incertitude de plus pour le secteur?

Très bonne lecture, et excellent 1er août.

Ce contenu a été publié le 31 juillet 2020 - 17:00


Un loup photographié en Valais en 2013. Keystone / Marco Schmidt

La révision de la loi sur la chasse est l’un des cinq objets qui seront soumis au vote des Suisses le 27 septembre prochain. Adoptée par le Parlement, la nouvelle loi assouplit notamment les conditions d’abattage des loups et des bouquetins, qui seraient considérés comme des «espèces protégées régulables».

La révision introduit d’autres innovations pour renforcer la protection de la nature. Par exemple, la désignation et le financement par la Confédération de corridors fauniques d’importance interrégionale. La législation actuelle date de 1985; l’idée est de l’adapter à l’évolution des populations d’espèces sauvages susceptibles de causer des dégâts.

Le projet est soutenu par le gouvernement, qui le considère comme un bon compromis pour «une cohabitation à long terme de l’homme et du loup». Dans le camp du oui, on compte aussi une majorité parlementaire de droite, l’association Chasse Suisse, le Groupement suisse pour les régions de montagne et l’Union suisse des paysans.

La révision a été rejetée par les groupes socialistes, verts et verts libéraux, ainsi que quelques libéraux-radicaux au Parlement. Les organisations de défense de la nature Pro Natura, WWF, BirdLife, Groupe Loup Suisse et Zoosuisse ont lancé un référendum pour la combattre. Elles estiment que «la nouvelle loi affaiblit le dispositif de protection des espèces existant».


La Californie a adopté une loi interdisant la vente de peaux d'alligators et de crocodiles. Copyright 2019 The Associated Press. All Rights Reserved.

La Californie a adopté en septembre une loi interdisant la vente de peaux d’alligators et de crocodiles. Une victoire pour les défenseurs des droits des animaux, une mauvaise nouvelle en revanche pour ceux qui vivent de ce commerce, que ce soit les chasseurs et les éleveurs de reptiles, mais aussi les détaillants de produits de luxe.

Plusieurs marques haut de gamme ont déjà banni les peaux exotiques ces dernières années. Selon l’association de protection des animaux PETA, c’est une réponse à la «demande croissante pour des produits durables et éthiques», les jeunes consommateurs privilégiant aujourd’hui des produits sans cruauté.

Les conditions d’élevage et de mise à mort des reptiles ont déjà été pointées du doigt. Pour PETA, il faut tout bonnement cesser cette pratique. Sur ce sujet les grands horlogers suisses, eux, assurent ne s’approvisionner qu’à des sources durables. Le Swatch Group a ainsi cessé d’utiliser des bracelets en cuir de crocodile, serpent, raie et requin. En revanche, l’alligator représente encore environ 10% de tous les bracelets en cuir. 

Dans l’industrie horlogère, le problème ne vient pas tant du manque d’alternatives que d’une question d’image. Le bracelet en cuir exotique est devenu un attribut de choix pour une montre haut de gamme. Mais l’interdiction qui plane en Californie montre que le secteur, déjà en difficulté, ne peut plus ignorer la question.


La plage de Boudry, dans le canton de Neuchâtel, fermée à la baignade. Keystone / Peter Klaunzer

Dans le canton de Neuchâtel, la police a fermé préventivement plusieurs plages en raison d’une probable contamination aux cyanobactéries. En 24 heures, six chiens sont morts après s’être baignés dans le lac. Le secteur concerné se trouve entre l'embouchure de l'Areuse et Colombier. La baignade, pour les humains comme les animaux, y est interdite jusqu’à nouvel avis.

La baignade est aussi déconseillée depuis les autres plages, y compris du canton de Vaud, pour tout le week-end. C’est une mesure de précaution car, pour l’heure, aucun cas identique n’a été détecté ailleurs. Des prélèvements devaient faire l’objet d’analyses aujourd’hui. On devrait donc en savoir plus dans les prochains jours.

Les cyanobactéries sont favorisées par les températures élevées, comme c’est le cas actuellement, et plus généralement par le changement climatique. Elles se développent dans les eaux plutôt stagnantes, en colonie, et ont la forme d'amas gélatineux ou de filaments flottant à la surface de l’eau. Leurs couleurs peuvent varier.

L’ingestion de ces bactéries est très toxique, potentiellement mortelle. Selon la police, les chiens, les enfants et les nageurs constituent les groupes à risque, car ils sont les plus susceptibles de les avaler. «Les symptômes sont des vomissements dans un premier temps», a averti le porte-parole de la police neuchâteloise ce matin sur la RTS. Dans ce cas, il faut consulter sans tarder.


Un test PCR réalisé devant les Etablissements Hospitaliers du Nord Vaudois. Keystone / Laurent Gillieron

Les entreprises suisses ont utilisé les prêts Covid avec parcimonie. Le programme de prêts à 0% garantis par la Confédération, mis sur pied en urgence en pleine pandémie, prend fin aujourd’hui à minuit. Et finalement, moins d'un quart des entreprises actives en Suisse y ont recouru. Le volume d’argent versé s’élève quant à lui à peine à 40% du montant total garanti.

L’utilisation des lignes de crédit ainsi mises à disposition est elle aussi assez modeste. Selon un analyste d’UBS entendu ce matin sur la RTS, en moyenne la moitié du montant prêté a été dépensée. Mais les différences sont très marquées selon les branches: des secteurs très affectés comme le tourisme ou l’événementiel y ont beaucoup plus recouru.

Sur le plan épidémiologique, la Suisse a franchi la barre des 200 nouveaux cas de Covid-19 pour la deuxième journée consécutive. Ce niveau n'avait plus été atteint depuis le 23 avril, a annoncé l’Office fédéral de la santé publique (OFSP), pour qui «la situation est sérieuse». Le nombre total de cas enregistrés dépasse désormais les 35'000, pour 1705 décès.

Proportionnellement à la population, le canton de Genève détient nettement le record de nouveaux cas -10,38 pour 10'000 habitants, et près de 260 cas en sept jours. Il vient à nouveau d'ordonner la fermeture des discothèques. Avec 888 cas, le canton de Zurich a enregistré le plus de nouvelles contaminations depuis le 1er juin. L’OFSP souhaite des «mesures harmonisées» au niveau des cantons.

Partager cet article