Avec Mario Corti, Swissair prend un nouveau cap

Mario Corti, en compagnie de Jaqueline Fouse de Swissair, a déclaré vouloir se centrer sur les services aériens. Keystone

Mario Corti veut recentrer les activités de son groupe sur le secteur aérien, en particulier sur Crossair et Swissair. Avec ces mesures, Swissair group devrait redevenir une entreprise de plus petite taille, misant sur la qualité. Pour se crédibliser et envisager sereinement d'éventuelles alliances.

Ce contenu a été publié le 12 juillet 2001 - 19:13

Mario Corti veut se concentrer sur les services aériens de Swissair et de Crossair. C'est une des mesures du plan d'économie qu'il a présenté jeudi après-midi. L'accent sera également mis sur les activités de Gate Gourmet (restauration) et de Nuance (magasins dans les aéroports). Dans ce contexte, il a annoncé plusieurs priorités, dont la réduction des capacités et l'optimisation du réseau.

Le groupe se recentre ainsi sur les produits de qualité, destinés à une clientèle prête à débourser un peu plus pour obtenir un véritable service. Bref, «sur ce qu'il sait le mieux faire», comme le résume Pierre Condom, directeur de la revue Interavia.

Des effets positifs sur le client

La compagnie retrouve également une plus petite taille. Mario Corti a d'ailleurs annoncé la vente de différents actifs, des avions et des biens immobiliers notamment.

Logiquement, ce repositionnement pourrait avoir des effets positifs pour les clients. «Je pense qu'ils auront un meilleur service et des avions plus ponctuels», confirme Dieter Winet, analyste financier à la banque Pictet.

Reste un danger. Dans le programme présenté jeudi, Mario Corti se penche presque uniquement sur la brûlante question financière. «Or, le passager n'achète pas un bilan, mais un siège, avertit Pierre Condom. Et pour lui, une compagnie bien gérée est une compagnie où il est accueilli avec le sourire.»

Selon le directeur de la revue Interavia, Mario Corti devrait donc se préoccuper davantage de la clientèle et du personnel «qui reste très largement démotivé». Jeudi, cependant, les différents syndicats ont bien accueilli les plans d'assainissement.

Il faut préciser que si les effectifs du groupe vont diminuer, Mario Corti pense gérer cette contraction avec les départs naturels. Sans procéder à des licenciements. Une affirmation qui laisse sceptiques plusieurs observateurs.

A terme, ce repositionnement pourrait entraîner Swissair dans de nouvelles alliances. Mais avant cela, Mario Corti compte mettre de l'ordre dans sa société. Histoire d'acquérir une nouvelle légitimité avant d'ouvrir des négociations. Déjà, certains observateurs évoquent un éventuel rapprochement avec «OneWorld», une alliance regroupée autour de British Airways et Américan Airlines.

Caroline Zuercher

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article