Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Avenches expose son passé militaire romain

Glaive de 50 cm du 1er siècle avec manche en os et en ivoire. (J.Zbinden, Berne/Musée romain d'Avenches)

En avant-propos du congrès international d'octobre à Brugg sur l'équipement militaire de l'Empire romain, une exposition de 250 objets du genre a pris place au Musée romain d'Avenches, du 10 mai au 10 octobre.

Pour la première fois, à Avenches (Aventicum en latin), à l'extrême nord du canton de Vaud, le visiteur découvre des épées, des pointes de lances, des projectiles en plomb ou en fer, des cuirasses et des cotes de maille propres aux uniformes de soldats romains. Ainsi que des harnachements de chevaux.

Ces 250 objets militaires romains ont été répertoriés depuis 1824 (année de fondation du Musée romain d'Avenches). D'ailleurs, les fouilles se poursuivent inlassablement dans la vieille cité.

Beaucoup de ces objets militaires sont datés du 1er siècle de notre ère. Durant cette période, en effet, les archéologues constatent une plus grande concentration d'objets militaires à Aventicum. Du fait qu'à cette époque-là, l'Empire romain ne comptait qu'un seul camp légionnaire à Vindonissa, près de Brugg, en Argovie.

Car, il faut bien s'imaginer qu'Aventicum était un lieu de passage très fréquenté. Notamment, par des troupes appelées en renforts de Rome pour consolider le pouvoir romain le long du Rhin.

En effet, Aventicum constituait un carrefour d'axes routiers et fluviaux à l'époque romaine. «Ce n'est pas pour rien qu'Avenches se trouve, de nos jours, sur l'autoroute A1, relève au passage la directrice du Musée romain d'Avenches, Anne Hochuli-Gysel.

En l'an XV avant J.-C., Aventicum devient la capitale de tous les territoires qui constituent la Suisse actuelle. Soit des quatre principales tribus helvétiques, qui, après leur défaite devant l'armée de Jules César (en 58 av. J.-C.), sont revenues s'installer sur le Plateau suisse.

Comme le latin, la juridiction et la monnaie unique, l'armée constituait l'un des piliers de l'Empire romain, «qui était beaucoup plus étendu que l'actuelle Union européenne», précise Anne Hochuli-Gysel.

Lors de ses 250 ans de conquêtes, l'armée était évidemment toujours la première instance romaine qui s'établissait en un lieu.

Puis, il lui incombait de maintenir les nouvelles frontières relatives à l'extension de l'Empire romain. Lequel s'étendait de l'Afrique du Nord à l'Angleterre, des Gaules aux Rhin, jusqu'à la Mer Noire.

Ensuite, l'armée romaine avait aussi une grande activité dans le génie civil: la construction des routes, des ponts et des édifices publics. Comme les 5,5 km de murs d'enceinte à Avenches.

A noter qu'un mémoire de licence sur le sujet vient d'être achevé par une jeune archéologue vaudoise, Annick Voirol. Son étude sur les objets militaires romains sera publiée dans le volume du Bulletin de l'Association Pro Aventico 42 du 17 mai.

Emmanuel Manzi


Liens

×