Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Bénéfice record pour La Poste, qui rétribue l'Etat

Les transports de colis de PostLogistics ont contribué au bon exercice 2007.

(Keystone)

La Poste suisse clôt l'exercice 2007 sur un bénéfice record de 909 millions de francs. Et verse pour la première fois une partie de ce bénéfice à la Confédération.

Le résultat d'exploitation de l'activité «lettres» a reculé de 38%. Mais le géant jaune ressort plus concurrentiel des dix dernières années.

«La Poste Suisse évolue, estime Anton Menth, président du conseil d'administration. Nous réalisons aujourd'hui 78 % de notre chiffre d'affaires dans le cadre de la concurrence et le monopole résiduel que nous détenons encore sur les lettres jusqu'à 100 grammes ne constitue plus que 22% du chiffre d'affaires total.»

Selon Anton Menth, «la Poste est aujourd'hui une entreprise internationale compétitive et axée sur l'économie de marché (...)». L'an dernier, elle a enregistré un bénéfice (909 millions de francs) en hausse de 8,6% par rapport à 2006.

Pour la première fois, une partie du bénéfice pourra être redistribué à la Confédération. En tant que propriétaire de l'entreprise, elle recevra 250 millions de francs, annonce mercredi La Poste.

Le conseil d'administration du géant jaune propose aussi au gouvernement d'utiliser un montant analogue pour consolider la caisse de pensions.

Le bon résultat a également permis de porter les fonds propres du groupe à 2,47 milliards. Le montant restant en deça du niveau usuel dans la branche, La Poste souhaite affecter 202 millions de bénéfices aux fonds propres.

Prestations financières surtout

Concrètement, le chiffre d'affaires de la Poste a augmenté de 10,3% à 8,712 milliards de francs. Son résultat d'exploitation a crû de 5,2% à 866 millions de francs et la marge d'exploitation est passée de 10,4% à 9,9%.

Avant distribution du bénéfice, les fonds propres ont atteint 2,470 milliards de francs, contre 1,605 milliard l'année précédente.

La croissance du résultat est avant tout liée aux prestations financières, dont le résultat d'exploitation a progressé de près de 30% à 318 millions de francs, ce qui constitue un nouveau record.

L'afflux de nouveaux capitaux s'est chiffré à 3,4 milliards de francs. Précision: Postfinance n'a dû procéder à aucune correction de valeur en relation avec la crise de crédit qui a éclaté aux Etats-Unis.

Moins rose dans le courrier

Dans le domaine du courrier par contre, la réalité est moins rose. Le résultat d'exploitation de l'unité PostMail a reculé de 38% à 236 millions de francs. Cette baisse s'explique essentiellement des frais en hausse liés à la mise en service de nouveaux centres courrier (dans le cadre du projet REMA, destiné à optimiser le traitement de ce courrier).

En raison de la hausse des coûts de dépôt et de distribution, le résultat d'exploitation de PostLogistics a, lui, reculé de 17 millions à 76 millions de francs. L'unité CarPostal a pour sa part augmenté son résultat de quatre millions à 32 millions de francs.

Autre activité du géant jaune, Swiss Post International a enregistré un résultat d'exploitation de 34 millions de francs (-22,8%). Les autres articles de marque n'ont pas permis à l'unité Réseau postal et vente de compenser l'évolution défavorable du volume du trafic. La perte est ici passée de 111 à 25 millions de francs.

Questions compréhensibles

Ce bénéfice record de La Poste confirme le bien-fondé de la libéralisation accélérée du marché postal voulue par le gouvernement, estime economiesuisse, principale organisation des entreprises.

Sans surprise, les syndicats ne veulent pas en entendre parler. Cette libéralisation complète n'apporte rien aux clients et met en péril le service universel, La Poste Suisse et les emplois, réagit le Syndicat de la communication dans un communiqué.

Patron de la Poste, Ulrich Gygi comprend que le bénéfice record suscite des questions. Mais selon lui, il est nécessaire pour atteindre les objectifs fixés par le Conseil fédéral.

Pour remplacer les activités en recul de son métier de base, La Poste doit procéder à des investissements qui pourraient se chiffrer en centaines de millions de francs, avertit Ulrich Gygi. Il faut de toute façon continuer à rationaliser quand tout va bien, «le contraire serait irresponsable», ajoute-t-il.

swissinfo et les agences

Libéralisation

L'ouverture du marché postal se fera en deux phases. Avril 2009 marquera la fin du monopole pour les lettres d'un poids supérieur à 50 grammes (actuellement la limite est fixée à 100 grammes) et 2012 verra la libéralisation complète. Les délais prévus sont comparables à ceux des pays de l'Union européenne les plus lents dans le secteur.

La nouvelle loi sur la poste et la nouvelle loi sur l'organisation de la poste devraient entrer en vigueur à l'horizon 2012. Le peuple suisse aura le dernier mot puisque les lois seront soumises au référendum facultatif. Le citoyen ne pourra cependant pas remettre en question le premier volet du projet (soit le monopole des 50 grammes), qui est lié à une ordonnance du Conseil fédéral.

La Poste conservera son mandat de service universel jusqu'en 2017. Pour la suite, le mandat sera mis au concours. Si le service universel ne devait pas parvenir à l'autofinancement, la création d'un fonds est prévue.

La Poste devrait être transformée en société anonyme. Toutes les dispositions qui pénalisent ou favorisent actuellement La Poste par rapport à d'autres opérateurs concurrents présents sur le marché seront suspendues. Le gouvernement exclut d'ores et déjà l'attribution d'une licence bancaire dans ce contexte.

Fin de l'infobox


Liens

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

×