Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

L'économie a commencé l'année au ralenti, pénalisée par l'importance des stocks dans les entrepôts (archives).

KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI

(sda-ats)

BAKBasel abaisse ses prévisions de croissance pour l'économie helvétique. L'institut conjoncturel bâlois prévoit désormais une hausse du produit intérieur brut (PIB) de 1,4% pour 2017, alors qu'il tablait encore sur 1,6% en mars.

Malgré un environnement favorable, l'économie n'a connu qu'une accélération modérée au premier trimestre, a indiqué BAKBasel mardi. Les trois premiers mois de l'année affichent une légère hausse de 0,3% comparé au trimestre précédent. La croissance attendue pour 2017 devrait toutefois être supérieure à celle de l'année dernière, de 1,3%.

Une part importante de la demande est encore gérée à travers les stocks dans les entrepôts, ce qui diminue les impulsions en faveur de la croissance, explique BAKBasel. Sans cet effet négatif, la croissance aurait été plus forte. Cette évolution devrait se poursuivre ces prochains mois, avant toutefois de diminuer l'année prochaine. Pour 2018, les économistes bâlois tablent toujours sur 1,8%.

Exportations solides

La reprise conjoncturelle est liée aux exportations, qui resteront solides, mais qui devraient ralentir par rapport à l'année dernière. BAKBasel s'attend à une croissance de 3% en 2017 et de 3,7% en 2018, bien moins importante que les 4,4% de 2016.

Le franc suisse devrait légèrement se dévaloriser face à l'euro l'année prochaine. Le cours entre les deux monnaies devrait s'établir à 1,13 franc pour un euro. La Banque nationale suisse (BNS) poursuivra quant à elle sa politique de taux bas, selon les économistes bâlois.

La consommation privée devrait se reprendre ces prochains mois et évoluer plus fortement que les deux dernières années. BAKBasel s'attend à une hausse de 1,4% en 2017 et de 1,6% en 2018.

ATS