Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Baromètre électoral 2019 Une vague verte accompagnée d’un glissement à gauche

Les revendications brandies lors des manifestations pour le climat se reflètent aussi dans les préoccupations politiques des Suisses.

(© Keystone/Laurent Gillieron)

Après la poussée à droite de 2015, la Suisse pourrait changer de cap et virer à gauche lors des élections fédérales d’octobre prochain. Le camp rouge-vert progresse de 3,3 points de pourcentage dans les intentions de vote, révèle le deuxième baromètre électoral 2019. Grâce au calme relatif qui règne sur d’autres fronts, la question climatique reste porteuse.

La Suisse prend le contre-pied de l’Union européenne. Alors qu’au sein de l’UE les forces politiques de droite sont sorties renforcées des élections de mai, la Suisse pourrait glisser à gauche lors des législatives du 20 octobre prochain.

(Kai Reusser / swissinfo.ch)

Le camp rouge-vert enregistre sa plus forte croissance depuis 2003, selon le second baromètre électoral 2019 réalisé par l’Institut de recherche Sotomo, sur mandat de la Société suisse de radiodiffusion et télévision (SSR, dont fait partie swissinfo.ch). Ensemble, les Verts et le Parti socialiste (PS) progressent de 3,3 points de pourcentage. Cette tendance, si elle se confirme, laisse présager non seulement une vague verte mais aussi un net glissement à gauche, notent les sondeurs. La droite risque ainsi de perdre sa majorité au Conseil national (Chambre basse).

Portés par la vague verte d’envergure internationale, les deux partis imprégnés par l’écologie enregistrent la plus forte progression, par rapport aux élections fédérales de 2015Lien externe. Les Verts (gauche) gagnent, pour l’instant, 3 points et pourraient réaliser, cet automne, pour la première fois de leur histoire, un score supérieur à 10%. Les Vert’libéraux (centre droit) ont également le vent en poupe avec une progression de 1,8 points. Le sondage de février dernier indiquait déjà une tendance favorable pour ces deux partis, mais elle s’est encore renforcée.

Si habituellement en Suisse les Verts gagnent au détriment des socialistes, le schéma pourrait bien ne pas être respecté cette année, comme cela a déjà été le cas en 2003. En effet, le Parti socialiste enregistre désormais une hausse de 0,3 point, alors qu’il était encore en régression lors du précédent baromètre électoral. 

Le premier parti de Suisse recule

L’Union démocratique du centre (UDC / droite conservatrice) reste le premier parti de Suisse avec une part électorale de 26,5%. Elle est toutefois en perte de vitesse, affichant une baisse de 2,9 points.

Par rapport aux précédents baromètres électoraux, le Parti libéral radical (PLR / droite) s’inscrit désormais parmi les perdants avec un recul de 0,2 point. Son objectif électoral de dépasser le PS pourrait se révéler difficile à atteindre. Le PLR fait les frais des débats sur le positionnement du parti en matière de politique climatique.

Quant au Parti démocrate-chrétien (PDC / centre droit), en baisse de 1 point, son avance sur les Verts est de plus en plus mince.

La Cinquième Suisse plus écolo

Les Suisses de l’étranger semblent encore plus sensibles à la cause écologique que leurs concitoyens restés aux pays. pays. En effet, les Verts recueillent 6 points de pourcentage de plus auprès de la Cinquième Suisse et les Vert’libéraux 4 points. Le PLR obtient aussi davantage de soutien auprès de la Cinquième Suisse (1 point). Les électeurs de l’UDC et du PDC sont, eux, moins nombreux à l’étranger.

Comparaison

Coûts de la santé, UE et climat

Les coûts de la santé, qui se traduisent par une augmentation continue des primes d'assurance-maladie, sont la principale source de préoccupation des Suisses, révèle le sondage. La thématique a toutefois perdu de son importance par rapport à la dernière enquête. 42% des électeurs considèrent qu’il s’agit de l’un des principaux défis pour le pays, alors qu’ils étaient 47% en février. Les électeurs sont 38% à être préoccupés par les relations avec l'Union européenne, soit 9% de moins que quelques mois auparavant.

Alors que les deux autres sujets principaux reculent, la question du climat préoccupe toujours autant les Suisses. 38% de l’électorat estime qu’il s’agit du problème le plus important, et ceci même si aucun évènement climatique extrême ne s’est produit récemment, souligne l’institut Sotomo. Les sondeurs notent toutefois que la prévalence de cette thématique «reflète également le calme relatif qui règne dans bien d’autres domaines».

L’immigration, sujet phare des élections fédérales de 2015, ne préoccupe plus que 25% des électeurs. La crise des réfugiés et la mise en œuvre de l’initiative sur l’immigration de masse dominait alors les débats politiques. Le contexte est aujourd’hui bien différent, et l’écologie s’impose comme une priorité.

D’autres priorités pour la Cinquième Suisse

Sans surprise, les relations avec l’UE restent prioritaires pour les Suisses de l’étranger, puisque nombre d’entre eux vivent en Europe et sont donc directement concernés par la question. Plus de la moitié d’entre eux estiment que la thématique est importante, selon le sondage. A l’inverse, comme ils ne paient pas leurs frais d’assurance-maladie en Suisse, la hausse des primes ne figure pas au rang de leurs priorités.

Outre le climat, la Cinquième Suisse s’intéresse surtout à des questions politiques liées à l’ouverture de la Suisse vers l’étranger. 

Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.


Sondage

Le deuxième baromètre électoral 2019 de la SSR a été réalisé par l'institut de recherche Sotomo sur la base des données recueillies entre le 17 et le 27 mai auprès de 10’388 électeurs, d'une part sur les portails Internet de la SSR, d'autre part sur le site Internet de Sotomo. 390 Suisses de l’étrangers ont été interrogés. La marge d’erreur du sondage est de +/- 1,5 point de pourcentage.

Étant donné que les participants à l'enquête se recrutent eux-mêmes (opt-in), la composition de l'échantillon n'est pas représentative de la population. Par exemple, les hommes participent généralement plus que les femmes aux sondages politiques. Les distorsions de l'échantillon sont corrigées par des procédures de pondération statistique.

Fin de l'infobox

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.