Basket-ball: l'équipe de Suisse prête pour un nouvel exploit

L'equipe de Suisse de basket masculine pose avec son nouvel entraîneur Renato Carettoni (à droite). Keystone

Deuxième de son groupe de qualification en vue de l´Euro 2001 à la fin du premier tour, l´équipe nationale de basket défie l´Angleterre mercredi à Porrentruy. Un rendez-vous crucial avant de se rendre en Lettonie et de recevoir la Croatie à Fribourg.

Ce contenu a été publié le 22 novembre 2000 - 15:22

Le deuxième tour des qualifications à l'Euro 2001, qui se déroulera à Ankara et Istanbul en septembre prochain, débute mercredi soir pour les basketteurs suisses.

Ils affrontent en effet l'Angleterre à Porrentruy avec l'obligation de rééditer leur exploit réalisé voici douze mois à Sheffield (victoire 73-60). Un succès face aux Anglais leur permettraient en effet d'envisager les deux prochaines rencontres des 25 et 29 novembre avec plus de sérénité. Les deux dernières parties de l'équipe nationale se dérouleront en janvier prochain en Hongrie et en Slovaquie.

Neuf mois après leur dernière sortie officielle, les protégés du nouvel entraîneur national, Renato Carettoni - qui à remplacé en juillet le Monténégrin Dusko Ivanovic parti en Espagne -, jouent gros face aux Anglais.

Et ce d'autant que le coach Tessinois doit composer sans la présence de l'ancien pivot de Vacallo, Gary Grimes, à la retraite. Deux nouveaux venus sous le maillot rouge à croix blanche, les deux Américains naturalisés de Lugano Mike Polite et Johnatan Edwards, pourraient par contre apporter des solutions intéressantes. Cependant, le règlement de la Fédération internationale interdit qu'ils évoluent ensemble. Et c'est donc Mike Polite qui fera ses premiers pas sous le maillot national.

Face à des Britanniques privés de leurs meilleurs éléments - John Amaechi (Orlando Magic), Andy Betts et Steve Hansell (AEK Athènes) - mais qui pourront compter sur l'apport de Tony Dorsey (Hapoel Jerusalem), lui aussi naturalisé, les Suisses se doivent donc de trouver la parade. La patinoire de Porrentruy, transformée pour l'occasion en "Chaudron Ajoulot", pourrait donc bien être le cadre d'un nouvel exploit.

Mathias Froidevaux

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article