BD suisse tous azimuts

Le 3e tome de la série «Le Scorpion» est signé Desberg et Marini. (Dargaud) swissinfo.ch

«Yakari», «Le Scorpion», Smax, Franky Snow, participations à «Métal Hurlant»... La diversité des dessinateurs helvétiques est flagrante cet automne.

Ce contenu a été publié le 01 décembre 2002 - 11:01

Survol, des nouveaux opus signés Derib, Marini, Bertschy, Buche, Wazem, Poussin.

L'année a été riche pour le dessinateur vaudois Derib. Une année marquée par le retour de Buddy Longway, avec la parution de «Regarde au-dessus des nuages» (Le Lombard), 17e tome de la série.

Un retour attendu longtemps par les aficionados du trappeur barbu, lesquels d'ailleurs n'auront pas été déçus: treize années s'étaient écoulées depuis l'épisode précédent, «Le dernier rendez-vous».

Puis Yakari a pointé le bout de son nez avec «Le chêne qui parlait», 28e épisode de la saga du petit Indien qui sait parler à tout ce qui est vivant. Un petit Indien auquel la Bibliothèque municipale pour enfants d'Angoulême, en France, avait d'ailleurs consacré une exposition en début d'année.

Parmi les grands classiques de la BD, on peut également signaler la parution du 27e Thorgal, «Le Barbare», signé par le tandem Van Hamme/Rosinski. Un Rosinski quasiment helvétique, puisque presque aussi valaisan que polonais.

Gare au Scorpion!

«La Croix de Pierre» (Dargaud), c'est le titre du 3e tome de la série «Le Scorpion», signée Desberg pour le scénario et Marini pour le dessin. Le duo s'était plongé avec brio dans le registre du western avec «L'étoile du désert». Celui du genre 'cape et épée' leur convient également plutôt bien.

Le Scorpion, est séduisant, amateur de femmes et fin bretteur. Et surtout, il vient de découvrir qu'il est le fils du Pape qui vient de s'éteindre. Mais l'abominable Cardinal Trebaldi vise le trône de Saint-Pierre...

Trebaldi, du nom de l'une des neuf familles qui s'abritent derrière la Croix pour diriger le monde! Car, et c'est là l'intérêt de la série, c'est bien l'Eglise et le pouvoir qui sont au cœur de l'intrigue.

Sous la patte de Marini, la Rome du 18e siècle est évidemment somptueuse, sensuelle, brutale et cruelle.

Tendance pré-ado

Du côté de chez Glénat, c'est la bande à Titeuf qui est à l'honneur. Comprenez les amis de Zep, dont les albums sont intégrés à la collection «Tchô, la collec'».

Bertschy se fend d'un troisième «Smax», série dont la principale originalité réside dans le fait qu'elle est créée de A à Z sur ordinateur. Si la mise en couleur numérique est devenue monnaie courante, le cas reste relativement rare en ce qui concerne le dessin.

Dans «Zéro zéro Smax», le héros rêve d'être DJ, mais vivote toujours comme livreur de pizzas. En petites histoires d'une page, il vit son quotidien fait de séances de ciné ou de vidéos, de teufs diverses, et de dragues improbables. Le style Bertschy va indéniablement dans le sens de l'époque. De là à y adhérer...

Avec un trait plus proche de Maître Zep, et voulant également coller au moment, Buche publie «Snow Révolution», 4e épisode des aventures du surfeur Franky Snow.

Même principe que chez Smax et, plus anciennement, chez Gaston Lagaffe: des récits d'une page, où chaque chute doit être imparable pour que le tout fonctionne. Mais n'est pas Franquin qui veut, et, en matière de qualité, Buche a une tendance certaine à l'inégalité.

Deux Genevois dans «Métal Hurlant»

Enfin, signalons que dans la revue «Métal Hurlant», nouvelle version, deux artistes genevois sont également à l'honneur cet automne.

Dans le numéro d'octobre, Wazem publie un récit de quelques pages, intitulé «Day Off». C'est élégant, décalé et poétique.

Gérald Poussin, dans son registre à lui, c'est-à-dire remarquablement brouillon, participe quant à lui au numéro de novembre. Et on a l'impression que Poussin, l'allumé lunaire et inventif, se sent soudain bien étranger à son temps.

Ses personnages, Buddy et Flappo, arpentent une rue et un monde qu'ils ont bien de la peine à reconnaître: «Les gens ne fument plus, ils téléphonent», constate Buddy, dépassé.

Après leur brève échappée, ils réintègrent le «Pavillon des vieux de la BD», et Buddy de s'interroger: «Flappo! Tu crois que Métal Hurlant nous laissera ressortir dans 20 ans?»

swissinfo/Bernard Léchot

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article