Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Beau comme une Bibliothèque Nationale

Lumineux décor pour Jean-Frédéric Jauslin, directeur de la BNS.

(swissinfo.ch)

Cette fin de semaine, c'était la fête au siège de la Bibliothèque Nationale Suisse (BNS), à Berne. Après trois ans de travaux, le rideau s'est levé sur un édifice entièrement rénové et restructuré.

En 97, la BNS avait dévoilé ses 7 étages souterrains, qui abritent 70 kilomètres de rayonnages, dont 55 sont déjà remplis... Aujourd'hui, c'est le bâtiment en surface qu'on peut découvrir, qui, débarrassé de ses «magasins», offre de vastes surfaces au public: trois fois plus d'espace qu'auparavant, et 130 places de travail réparties sur quatre étages.

Si l'institution a été créée en 1895, le bâtiment type «Bauhaus», aujourd'hui classé, a été construit entre 1928 et 1931. «Il fait preuve d'une modernité incroyable. C'est un bâtiment qui est classé non pas parce que c'est un vieux bâtiment à colonnades, mais parce qu'il avait 20 ou 30 ans d'avance à l'époque», constate Jean-Frédéric Jauslin, le directeur.

Mais le classement d'un bâtiment entraîne évidemment des contraintes en matière de rénovation, ce qui n'a pas facilité la tâche des concepteurs. Goût du détail: les vastes salles publiques du rez-de-chaussée ont été refaites dans les couleurs de l'époque, bois et bleu pâle, et même les nouvelles chaises ont été construites à l'identique.

Ailleurs, le blanc est omniprésent... Sont venus s'inscrire dans le bâtiment une cafétéria, un lieu d'exposition, des salles de réunion, plusieurs salles de consultation spécialisées (périodiques, littérature, estampes), et, à usage interne, des ateliers professionnels (rénovation, photographie, numérisation etc.). Coût de cette dernière phase d'adaptation du bâtiment: environ 35 millions de francs.

Cerise sur le gâteau: sur le toit, un jeu de miroirs, relayé dans le bâtiment par d'autres miroirs, renvoie la lumière du soleil dans les sept étages souterrains du dépôt de livres.

A propos... Les collections de la BNS augmentent de 1,5 km de rayonnage par année. C'est dire que bientôt, il faudra agrandir: «Le concept de construction que nous avons lancé au début des années 90 prévoyait déjà que nous devrions, au cours des années 2000, créer de nouveaux magasins souterrains pour pouvoir doubler la capacité», précise Jean-Frédéric Jauslin. Une sollicitation qui devra passer devant le Parlement.

Ces rénovations ont été évidemment accompagnées d'une vaste modernisation en matière informatique. Mais dans ce secteur, beaucoup de choses restent à faire, notamment en ce qui concerne la numérisation des documents, qui rendraient ceux-ci accessibles de partout.

A cela, deux obstacles toutefois: la question du droit d'auteur en ligne, pas éclaircie, ou mal définie. Et le financement. «Toutes les bibliothèques nationales d'Europe sont en train de se repenser, de se redéployer. Le monde politique suisse commence gentiment à se rendre compte que c'est important. Mais nous avons énormément de retard, et les moyens que nous avons en comparaison des autres pays sont beaucoup trop faibles», commente Jean-Frédéric Jauslin.

Bernard Léchot


Liens

×