Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Berne bat le rappel pour le Sommet de Genève

Travaux préparatoire du Sommet de décembre à Genève.

(SMSI)

Le gouvernement suisse profite de sa participation au G8 pour plaider la cause du Sommet mondial de l'information.

Hôte et organisatrice de cette conférence prévue en décembre à Genève, la Suisse espère attirer un maximum de chefs d'Etat.

«De nombreux Etats se sont déclarés intéressés. Nous attendons maintenant des engagements fermes de la part des gouvernements. Et ce, au plus haut niveau», précise Roberto Rivola, chef de l'information à l'Office fédéral de la communication.

Raison pour laquelle, Pascal Couchepin et Moritz Leuenberger ont uni leur voix samedi soir à Lausanne, pour plaider la cause du Sommet mondial de la société de l'information.

Le président de la Confédération a invité les illustres participants de la soirée à adhérer au groupe des «amis du sommet» de l'information. Ce comité aura pour tâche d'inciter un maximum de gouvernements à s'engager dans la préparation du sommet.

Un défi de taille

Moritz Leuenberger, ministre suisse des Télécommunications, a, lui, rappelé les enjeux de cette conférence placée sous l'égide de l'Union internationale des télécommunications (UIT).

«Ce sommet a de fortes ambitions. Il s'agit de définir et de créer les conditions juridiques, économiques, techniques, mais aussi politiques de l'accès de tous à l'information», a souligné Moritz Leuenberger.

«Il ne s'agit pas, a poursuivi le ministre, d'un sommet consacré aux seules technologies de l'information. Les contenus - c'est-à-dire la dimension culturelle et politique - sont également décisifs.»

De fait, le plaidoyer helvétique n'a rien d'un exercice de style. Ces derniers mois, la presse helvétique a en effet rapporté les multiples obstacles qui se dressent sur le chemin de cette conférence et le manque d'intérêt qu'elle suscite, surtout dans les pays riches.

Des projets concrets

«Ce sommet nécessite des idées novatrices et beaucoup de travail de préparation», a d'ailleurs reconnu Moritz Leuenberger, lors de son discours.

La Suisse veut en effet que ce sommet mondial de l'information ne se contente pas de promesses vagues. Berne veut du concret.

Pour se faire, la Confédération a prévu, entre autre, une «foire aux idées», selon l'expression de Moritz Leuenberger.

Co-organisée par l'agence suisse de coopération (DDC), le Secrétariat d'Etat à l'économie (SECO) et la Banque mondiale, cette plate-forme doit présenter plus de 500 projets destinés à combler le fossé numérique entre le Nord et le Sud.

Implication des médias

La Suisse entend également favoriser la défense et la diversité des médias traditionnels. Berne a ainsi engagé un million de francs environ dans le financement d'un forum mondial des médias électroniques.

Et c'est l'ancien patron de la Télévision suisse romande, Guillaume Chenevière, qui est chargé d'organiser ce forum prévu en marge du sommet. Une rencontre placée sous l'égide du département de l'information des Nations Unies et de l'Union européenne de radio-télévision.

swissinfo, Frédéric Burnand, Genève

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.