Navigation

Berne va reconstruire un village thaïlandais

Keystone

Micheline Calmy-Rey, ministre des Affaires étrangères, a annoncé lundi que la Suisse va reconstruire un village thaïlandais ravagé par les raz-de-marée.

Ce contenu a été publié le 04 janvier 2005 - 13:39

Le projet coûtera 2,29 millions de francs, pris sur le paquet de 27 millions d'aide d'urgence promise par la Suisse la semaine dernière.

Le village qui sera reconstruit avec le soutien helvétique n'a pas encore été choisi, a indiqué à swissinfo, le chef de la Direction du développement et de la coopération (DDC).

Walter Fust, qui accompagne Micheline Calmy-Rey, ministre suisse des Affaires étrangères, dans son périple en Asie, a précisé lundi à Bangkok que le village sera choisi cette semaine et qu’une équipe suisse est déjà sur place.

«Nous souhaitons faire ce geste pour exprimer notre solidarité et nos remerciements aux autorités et au peuple thaïlandais… et aussi rendre hommage ainsi aux victimes suisses de la tragédie», a encore déclaré Walter Fust par téléphone.

Besoins

De son côté, Mme Calmy-Rey a rencontré lundi le vice-ministre thaïlandais des affaires étrangères Sorajak Kasem Suvan. Elle s'est également entretenue avec les responsables de la cellule de crise mise en place par la Thaïlande à la suite de la catastrophe.

La conseillère fédérale s'est informée des besoins du pays. Plusieurs experts suisses sont dans la région actuellement afin de déterminer les secteurs où la Confédération va s'engager pour l'aide à la reconstruction.

Un voyage marathon

La cheffe du Ministère suisse des affaires étrangères (DFAE) s'est également rendue lundi au chevet d'un Suisse blessé et s'est entretenue avec des survivants helvétiques.

Dimanche, Mme Calmy-Rey avait indiqué que ce déplacement en Thaïlande lui avait permis de se rendre compte de la douleur et de la souffrance des habitants et des touristes suisses touchés par le drame.

Elle s'est également dite impressionnée par le travail des collaborateurs du DFAE - plusieurs dizaines au total - sur place.

Ensuite, la conseillère fédérale s’est s'envolée pour Colombo, au Sri Lanka, où elle doit rencontrer mardi différents responsables et la quinzaine de collaborateurs du DFAE qui sont engagés sur place. Le retour en Suisse doit avoir lieu mercredi.

Ensuite, c'est au tour des hauts responsables de l'aide humanitaire suisse de se rendre en Asie afin d'évaluer les besoins. Toni Frisch, chef du Corps suisse d'aide humanitaire (CSA), s'est envolé lundi, accompagné de Daniel Biedermann, directeur de la Croix-Rouge, et du divisionnaire Gianpiero Lui, médecin en chef de l'armée.

Vingt-trois touristes suisses tués

Le bilan, toujours provisoire, dépasse désormais les 140'000 morts. Au total, 2459 touristes ont perdu la vie en Thaïlande, dont 23 Suisses, selon les derniers chiffres fournis par le DFAE lundi à Berne. Cent cinq autres sont portés disparus, a précisé l'ambassadeur Peter Sutter, responsable des Suisses de l'étranger.

Et puis environ 500 Suisses sont toujours recherchés, dont 360 en Thaïlande. Une trentaine sont portés disparus au Sri Lanka ou aux Maldives et 20 en Inde. Un nombre important de réponses positives a été enregistré ces dernières heures, a précisé Peter Sutter.

Pour la cellule de crise du DFAE, il est encore trop tôt pour faire vraiment le bilan, même si chaque jour qui passe réduit l'espoir de retrouver des survivants.

A noter que M. Sutter déconseille aux proches et parents de victimes de se rendre en Asie, afin d'éviter de surcharger les équipes en place.

Mais le Ministère des affaires étrangères est en train de réfléchir avec les voyagistes à l'organisation d'un voyage pour les proches, mais à une date ultérieure.

Récolte de fonds «historique»

En Suisse, l'élan de générosité en faveur des victimes n'a pas faibli. Les dons récoltés par la Chaîne du Bonheur pour les victimes du séisme en Asie atteignaient la somme de 45 millions de francs mardi à midi.

C'est ce qu'a annoncé Roland Jeanneret, responsable de la communication de l'organisation. Dimanche, il avait expliqué qu'il s'attendait à une «somme historique» jusqu'à la journée de collecte nationale de mercredi.

Les partenaires de la Chaîne du Bonheur, Terre des Hommes, Entraide protestante suisse, Oeuvre suisse d'entraide ouvrière, Croix-Rouge suisse, Caritas, Médecins sans frontières, Medair et Handicap International offrent leur assistance par le biais d'organisations partenaires sur place.

La Suisse n'ira pas à Jakarta

Enfin, on a appris lundi que la Suisse n'a pas été invitée à participer au sommet extraordinaire sur les raz-de-marée en Asie qui se tiendra jeudi à Jakarta, en Indonésie. L'Union européenne sera, elle, représentée par le Portugais José Manuel Barroso et le Luxembourgeois Jean-Claude Juncker.

La Suisse n'a pas été invitée à participer au sommet, a indiqué lundi Thomas Jenatsch, porte-parole de la DDC. Il reste encore à définir si la Confédération enverra sur place des observateurs lors de la conférence.

En revanche, la Suisse prendra part officiellement aux deux réunions organisées par l'ONU dans ses sièges de New York et de Genève.

swissinfo et les agences

Faits

Le bilan du séisme a dépassé les 140’000 morts lundi, dont presque 100'000 en Indonésie, pays le plus touché, plus de 30’000 au Sri Lanka, près de 10'000 en Inde et plus de 5000 en Thaïlande. Ces trois derniers pays s'apprêtent à renoncer à retrouver vivants plus de 15’000 personnes.
Au total, 2459 touristes ont perdu la vie en Thaïlande, mais plus de 7000 personnes, en majorité européennes, sont portées disparues.
23 Suisses sont décédés, 105 sont portés disparus et près de 500 sont recherchés.

End of insertion

En bref

- Lundi, les promesses d'aide publique ont atteint un nouveau record de 2 milliards de dollars.

- La Suisse va débloquer 27 millions de fr. pour l’aide d’urgence, dont 2,29 millions pour reconstruire un village en Thaïlande.

- Les dons privés continuent d’affluer en Suisse, où la Chaîne du Bonheur annonçait mardi une somme de 45 millions de fr.

- Une journée de solidarité est organisée mercredi en Suisse et dans les pays de l'UE.

End of insertion

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article

Joignez-vous à la discussion

Avec un compte SWI, vous avez la possibilité de faire des commentaires sur notre site web et l'application SWI plus.

Connectez-vous ou inscrivez-vous ici.