Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La Bourse suisse a encore perdu du terrain, en abandonnant 0,35% à la clôture (archives).

KEYSTONE/THOMAS DELLEY

(sda-ats)

La Bourse suisse a connu une séance contrastée mercredi. Après avoir glissé sous 8900 points en début de séance, le SMI s'est redressé et est repassé nettement au vert l'après-midi, avant de reperdre du terrain et clôturer en baisse de 0,35% à 8876,73 points.

La fin de séance a été pénalisée par l'ouverture prudente de Wall Street et la baisse des prix du pétrole, suite à la hausse surprise des stocks hebdomadaires de brut aux Etats-Unis.

A New York, Wall Street évoluait aussi sur une note prudemment positive en début de séance. Ce léger rebond était tempéré par un sentiment général d'attentisme, la journée de jeudi devant être marquée par une réunion de politique monétaire de la Banque centrale européenne (BCE), les élections législatives au Royaume-Uni et l'audition très attendue de l'ancien patron du FBI, James Comey, devant le Sénat américain près d'un mois après avoir été renvoyé par le président américain.

Sur le plan économique, l'OCDE a légèrement relevé ses prévisions de croissance mondiale en 2017. L'organisation a en revanche abaissé ses projections pour le produit intérieur brut (PIB) de la Suisse à 1,5%, contre 1,7% auparavant, et les a maintenues à 1,9% pour 2018.

En Allemagne, les commandes industrielles ont reculé de 2,1% en avril en raison notamment de la baisse des grosses commandes, selon des chiffres provisoires.

Le Swiss Market Index (SMI) a terminé sur un repli de 0,35% à 8876,73 points. Le SLI a cédé 0,17% à 1401,63 points et le SPI 0,31% à 10'123,61 points. Sur les 30 valeurs vedettes, seize ont reculé et quatorze ont progressé.

Aux bancaires, UBS a avancé de 0,7%. Credit Suisse a gagné 0,5%. L'augmentation de capital de CS a pris fin mercredi midi. Le numéro deux bancaire helvétique prévoit de lever 4 milliards de francs, afin de régler ses soucis de fonds propres. Julius Baer (+0,8%) a aussi fini du bon côté de la barrière.

Commerzbank a relevé la recommandation pour Sonova (+0,3%) à "buy" de "hold" et a augmenté l'objectif de cours. Le lancement de nouveaux produits devrait réduire la pression sur les prix, selon l'établissement allemand.

Schindler a gagné 0,1%. Berenberg a relevé la recommandation à "hold" de Berenberg, saluant notamment les parts de marché gagnées en Chine par le fabricant d'ascenseurs et d'escaliers roulants.

Roche perd encore

Dans le camp des poids lourds, Roche (-0,8%) a encore perdu du terrain après avoir chuté de 5,5% la veille. Le géant pharmaceutique rhénan a payé cher la publication de données décevantes dans le cadre du congrès ASCO de Chicago. L'Organisation mondiale de la santé (OMS) pourrait retirer dans deux ans l'antigrippal Tamiflu de sa liste des médicaments essentiels, a-t-on par ailleurs appris mardi soir.

Novartis (-0,3%) et Nestlé (-0,7%) ont aussi pesé sur l'indice. Nestlé a souffert de deux réductions de recommandations, par Berenberg et Bryan Garnier qui prônent "hold". Le géant de l'agroalimentaire présente un potentiel de hausse restreint après l'envolée de 21% ces six derniers mois, explique l'analyste de Berenberg.

Le bras de fer qui oppose les dirigeants du groupe zougois Sika (-0,5%) aux héritiers du fondateur a connu un nouvel épisode mardi soir. La holding Schenker-Winkler, qui représente les intérêts de la famille Burkard, va contester les élections au conseil d'administration survenues lors de l'assemblée d'avril. Le chimiste du bâtiment a annoncé en matinée l'inauguration d'une usine d'adjuvants en Tanzanie.

Parmi les perdants, Givaudan et Clariant (chacun -1,7%) se sont partagé la lanterne rouge. Givaudan a souffert d'une étude sectorielle par Barclays qui évoque une pression sur les marges pour le spécialiste genevois des arômes et des parfums.

Royal Bank of Canada a relevé l'objectif de cours de la porteur Swatch (-0,5%) et a confirmé "outperform". Les analystes tablent notamment sur une progression au 2e semestre.

Concurrent pour Aevis

Sur le marché élargi, Aevis (stable) voit arriver un concurrent dans le processus d'achat de la Clinique des Tilleuls à Bienne. Le groupe zurichois Hirslanden est désormais sur les rangs. Les projets d'acquisition d'Aevis sont contestés dernièrement, après la tentative avortée de reprise de LifeWatch au profit de l'américain Biotelemetry.

Galenica (+0,5%) a nommé un nouveau responsable de la vente au détail, également membre du comité de direction. Gurit (+1,8%) a annoncé la veille le renouvellement d'un accord de distribution avec l'italien Maricell. Lifewatch (-0,4%) a achevé un programme de surveillance de cinq ans avec les autorités américaines, qui avait impliqué le paiement de 18 millions de dollars.

Au lendemain d'un plongeon de 10,5% dans le sillage des résultats annuels décevants, Burckhardt a encore reculé de 2,9%. Kepler Cheuvreux a abaissé l'objectif de cours et a confirmé "reduce", ne voyant pas de reprise du marché à l'horizon.

ATS