Navigation

Brevets: la Suisse reste ferme mais évaluera la position américaine

La Suisse du conseiller fédéral en charge de l'économie Guy Parmelin reste convaincue que des suspensions de brevets sur les vaccins ne constitue pas la bonne solution contre la pandémie (archives). KEYSTONE/PETER SCHNEIDER sda-ats
Ce contenu a été publié le 06 mai 2021 - 18:38
(Keystone-ATS)

La Suisse reste convaincue qu'une suspension de la propriété intellectuelle sur les vaccins ne constitue pas la bonne solution, malgré la décision américaine. Mais elle évaluera "la nouvelle proposition" de Washington et se dit prête à poursuivre les travaux à l'OMC.

L'annonce des Etats-Unis d'un soutien à des exceptions est "significative", estime le Secrétariat d'Etat à l'économie (SECO) dans une position relayée jeudi soir à Keystone-ATS. "Mais de nombreuses questions demeurent ouvertes sur les solutions qu’ils envisagent concrètement".

Selon le SECO, cette suspension provisoire ne pourra pas garantir un accès "équitable, abordable et rapide" aux vaccins et autres technologies contre la pandémie. Cette position a été largement critiquée par des ONG et plus de 8000 personnes ont signé ces derniers jours une pétition en ligne pour appeler Berne à revenir sur cette approche.

Mais la Suisse est de son côté persuadée qu'une solution simple n'est pas possible, tant les composantes à considérer sont multiples, et qu'il faut davantage une collaboration entre tous les acteurs. L'ambassadeur à l'Organisation mondiale du commerce (OMC) Didier Chambovey a répété à plusieurs reprises qu'il fallait éviter de dissuader l'innovation des entreprises pharmaceutiques.

Centaines de millions de francs

Pour autant, Berne reste également "prêt" à poursuivre les discussions au sein de l'organisation. Les conséquences de toute nouvelle proposition américaine sur la position suisse seront évaluées, précise encore le SECO.

La Suisse se défend en rappelant qu'elle soutient plusieurs initiatives pour augmenter les capacités de production des vaccins et leur distribution équitable. Or, les problèmes observés vont de l'approvisionnement en doses au financement en passant par la préparation et l'application des campagnes de vaccination dans les différents pays, dit-elle aussi.

Berne alimente également le dispositif Covax. Au total, elle va attribuer 700 millions de francs à différentes actions internationales contre la pandémie.

Partager cet article

Joignez-vous à la discussion

Avec un compte SWI, vous avez la possibilité de faire des commentaires sur notre site web et l'application SWI plus.

Connectez-vous ou inscrivez-vous ici.