Navigation

Quel avenir pour l’aide suisse, après les attentats?

Le décès de deux personnalités politiques suisses dans l’attaque au Burkina Faso suscite l’indignation, mais pose aussi des questions. Les organisations d’aide humanitaire suisse peuvent-elles continuer à agir dans ce pays?

Ce contenu a été publié le 19 janvier 2016 - 08:21
swissinfo.ch avec la RTS (Téléjournal du 18 janvier 2015)

Jean-Noël Rey et Georgie Lamon venaient d'inaugurer une cantine dans une école du sud du pays, lorsqu’ils ont été tués. De nombreuses ONG suisses sont actives sur le terrain au Burkina Faso, à l'instar de Yelen, l'organisation pour laquelle les deux socialistes valaisans s’étaient rendus sur place.

Contenu externe


Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article

Joignez-vous à la discussion

Avec un compte SWI, vous avez la possibilité de faire des commentaires sur notre site web et l'application SWI plus.

Connectez-vous ou inscrivez-vous ici.