C'est fini pour le FC Servette

Les supporters du FC Servette sont dépités. Keystone

Le FC Servette, l'un des plus anciens clubs de football suisse, a été déclaré en faillite vendredi matin par le juge du Tribunal de commerce de Genève.

Ce contenu a été publié le 04 février 2005 - 12:38

L'agonie du club genevois aura duré des semaines. Aucun nouvel investisseur n'étant finalement venu à son secours, il est automatiquement relégué en 1ère ligue.

Le miracle n’a pas eu lieu. Aucun accord de dernière minute n’a pu être trouvé entre le président du club, Marc Roger, et d’éventuels nouveaux investisseurs.

Bref, l’énorme ardoise (près de 10 millions de francs) ne sera pas effacée. Le FC Servette ne sera donc pas «sauvé».

Afin de permettre à des repreneurs éventuels de se manifester, le tribunal avait déjà accordé plusieurs sursis au club depuis son dépôt de bilan le 11 janvier.

Quatre clubs en faillite

Après 115 ans de présence ininterrompue dans la plus haute catégorie du pays, le Servette-Football-Club a donc été logiquement déclaré en faillite vendredi matin par le juge Patrick Chenaux. Le club annonce qu'il se pourvoira en appel de ce jugement.

Après les relégations il y a trois ans du FC Lugano et du Lausanne-Sport, c’est un nouveau club latin qui quitte l’élite du football suisse pour la 1ère ligue. Et, une fois de plus, à cause de problèmes financiers.

A noter que Servette est le 4e club officiellement en faillite dans le football professionnel suisse. Puisque, en 1993 déjà, le FC Wettingen avait dû également déposer son bilan pour surendettement.

Dès aujourd’hui, à l’exception de Neuchâtel-Xamax, l’élite du football suisse ne compte donc plus que des clubs alémaniques.

En 2001, il y avait encore cinq clubs romands et un tessinois parmi cette élite (Servette, Xamax, Sion, Lausanne-Sport, Yverdon et Lugano).

Un tournant en 2001

Pour mémoire, les problèmes du club genevois ont commencé en 2001 lorsque le groupe de télévision français Canal+ avait réduit sa participation.

C’est, en effet, à ce moment-là qu’entrait en scène Michel Coencas. L’homme d’affaires français promettait alors de faire du FC Servette le meilleur club de Suisse. En vain.

Une promesse relayée en février 2004 par Marc Roger. Ancien agent de joueur, cet autre Français promettait, lui aussi, de sauver le club grenat. Mais en vain, une fois encore.

Changer de formule

«C’est un gâchis, mais ce scénario se profilait à l’horizon depuis plusieurs semaines déjà», regrette Jacques Ducret véritable historien du football genevois et auteur de plusieurs livres sur le FC Servette.

«Cela dit, poursuit-il, c’est le football suisse dans son intégralité qui fait fausse route. Dans ce pays, on ne peut plus vouloir un professionnalisme tel qu'il existe en France, en Angleterre, en Italie ou encore en Allemagne.»

Et Jacques Ducret de conclure: «S’il veut survivre, le football suisse doit absolument s’inspirer du modèle scandinave semi-professionnel».

swissinfo et les agences

Faits

Le FC Servette c'est:

115 ans d'histoire
17 titres de champion de Suisse
7 fois vainqueur de la Coupe de Suisse
27 participations en Coupe d'Europe

mais aussi 10 millions de francs de dettes

End of insertion

En bref

- Le FC Servette été déclaré en faillite vendredi matin par le juge du Tribunal de commerce, Patrick Chenaux.

- Le club genevois est automatiquement relégué en 1ère Ligue. Il subit le même sort que le FC Lugano et le FC Lausanne en 2002.

- La faillite de Lugano a été officiellement prononcée l'année d'après, en mars 2003.

- Quelques années plus tôt, en 1993, c'est le FC Wettingen qui avait été déclaré en faillite.

- Les problèmes du FC Servette ont commencé en 2001 lorsque le groupe de télévision français Canal+ a réduit sa participation financière dans le club.

End of insertion

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article