Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

L'épidémie se répand rapidement au Yémen, où les installations hospitalières et les conditions d'hygiène se sont profondément détériorées en raison de la guerre.

KEYSTONE/EPA/YAHYA ARHAB

(sda-ats)

Le bilan de l'épidémie de choléra au Yémen s'est encore alourdi à 315 morts dans ce pays en guerre. Quelque 29'300 cas suspects ont été recensés depuis fin avril, a annoncé lundi l'Organisation mondiale de la santé (OMS).

Dans un tweet, le bureau de l'OMS au Yémen précise que les victimes du choléra ont été enregistrées dans 19 provinces du pays depuis l'apparition de la maladie, le 27 avril, et jusqu'au 21 mai.

L'épidémie se répand rapidement dans ce pays pauvre de la Péninsule arabique, dont les installations hospitalières et les conditions d'hygiène se sont profondément détériorées en raison de la guerre qui oppose depuis plus de deux ans rebelles et forces loyalistes, soutenues par une coalition arabe menée par l'Arabie saoudite.

L'ONG Save the Children a indiqué, dans un communiqué publié lundi, que plus de 1000 cas suspects étaient diagnostiqués par jour dont 600 chez des enfants.

A ce rythme, l'épidémie pourrait toucher d'ici fin juin 65'000 personnes, selon l'ONG. Un précédent bilan faisait état jeudi de 222 décès et de 20'000 cas suspects de choléra dans 17 provinces.

La guerre a provoqué une grave crise humanitaire au Yémen. Environ 19 millions d'habitants, soit environ deux tiers de la population, ont un besoin urgent d'aide humanitaire, dont 17 millions souffrent de la faim, selon l'ONU.

Selon l'OMS, les combats ont fait plus de 8000 morts, majoritairement des civils, et plus de 44'500 blessés depuis l'intervention de la coalition arabe en mars 2015.

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

ATS