Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

A Alep, les violences entre les forces du gouvernement de Bachar al-Assad et les rebelles syriens ont été dévastatrices (archives).

KEYSTONE/EPA/YOUSSEF BADAWI

(sda-ats)

Les conflits urbains font cinq fois plus de victimes civiles que les autres types de guerre. Ils sont à l'origine de jusqu'à 70% des personnes tuées en Irak et en Syrie ces trois dernières années, révèle un rapport du CICR publié mercredi à Genève.

De 2010 à 2015, environ la moitié des civils tués se trouvaient dans ces deux pays et au Yémen. "Personne ni rien n'est épargné par les violences", dit le directeur régional du Comité international de la Croix-Rouge (CICR) pour le Moyen-Orient, Robert Mardini. Ce nombre de victimes en milieu urbain "est de loin trop élevé".

L'impact des sièges, de l'utilisation des armes explosives et des dommages aux infrastructures est important et le CICR appelle les parties à ne pas recourir à ces instruments. Les civils sont ciblés ou utilisés comme boucliers humains.

Selon des estimations, ils constitueraient plus de 90% des victimes d'armes explosives en milieu urbain contre moins de 35% dans d'autres zones. En raison de ces conflits, plus de 17 millions de personnes ont par ailleurs été déplacées par les violences en Irak, en Syrie et au Yémen.

Humanitaires et réfugiés

Les conséquences vont affecter des "générations" de citoyens de ces pays et elles pourraient engendrer de nouvelles violences. M. Mardini appelle les parties à considérer les effets de ces conflits et leurs alliés à les inciter à mieux respecter le droit international humanitaire (DIH).

La reconstruction doit être menée par les organisations et les citoyens "locaux" même si la communauté internationale doit apporter un soutien, selon le directeur régional. Alliée du gouvernement syrien de Bachar al-Assad et ciblée pour son rôle dans les violences à Alep, la Russie organisait mercredi au Palais des Nations à Genève une conférence sur la réhabilitation de cette ville après les affrontements jusqu'en décembre dernier.

Parmi les autres recommandations du CICR, l'organisation appelle à mieux protéger les travailleurs humanitaires. Elle demande un accès humanitaire "rapide, continu et sans entraves" aux populations urbaines et un soutien moral pour les victimes. De même que la possibilité pour les civils de quitter ces zones de manière sécurisée.

Le déplacement forcé doit être évité. Et les réfugiés ou ceux qui sont contraints de fuir à l'intérieur du pays doivent être protégés.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS