Navigation

Commentaire sur les votations fédérales du 24 septembre

La part des étrangers doit-elle être fixée à 18 pour cent de la population totale de la Suisse? Ce pays veut-il fixer l´immigration dans la Constitution? L´initiative populaire dite «pour une réglementation de l’immigration» provoque de violents débats.

Ce contenu a été publié le 30 août 2000 - 14:46

La mauvaise humeur due à l’immigration illégale et aux abus en matière d’asile éclate, surtout parmi les femmes, et se transforme en xénophobie. Mais un quota ne peut pas résoudre ces problèmes.

La Suisse, avec sa tradition humanitaire, risque beaucoup. Si l’initiative était acceptée, la perte d’image à l’étranger serait importante, les problèmes avec l’Union européenne programmés et les chances des Suisses candidats à l’émigration seraient réduites.

Les trois objets énergétiques, qui tous veulent introduire des impôts destinés à établir une politique environnementale durable, suscitent moins de réactions.

L’acceptation de l’initiative solaire constituerait un signe pour la communauté internationale. Cette initiative prévoit en effet d’instaurer pendant 25 ans un impôt sur les énergies non renouvelables et d’en consacrer les produits à la promotion de l’énergie solaire.

En matière d’énergie solaire, la Suisse est à la pointe de la recherche au niveau mondial. L’acceptation de l’initiative serait un signe contre l’énergie atomique et pour une énergie solaire favorable à l’environnement. La Suisse ira-t-elle de l’avant?

Peter Salvisberg, rédacteur en chef

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article

Joignez-vous à la discussion

Avec un compte SWI, vous avez la possibilité de faire des commentaires sur notre site web et l'application SWI plus.

Connectez-vous ou inscrivez-vous ici.