Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Conflit chez Crossair: le patron de SAirGroup menace de supprimer des emplois

Philippe Bruggisser, lors de l'assemblée générale de Crossair en juin dernier.

Le conflit social entre Crossair et ses pilotes s´envenime. Après que la base du syndicat des pilotes CCP a refusé la nouvelle Convention collective de travail (CCT), le patron de SAirGroup menace de fermer certaines lignes et de supprimer des emplois.

Le patron de SAirGroup Philippe Bruggisser a indiqué à la «SonntagsZeitung» qu'une nouvelle amélioration de la CCT n'entrait pas en ligne de compte. Rappelons que SAirGroup détient la majorité du capital de la compagnie régionale bâloise. Une position inflexible confirmée par la porte-parole du groupe, Beatrice Tschanz, dimanche à l'ats.

«Crossair ne serait pas en mesure d'absorber une nouvelle augmentation de ses coûts», a-t-elle expliqué. Pour rappel, au premier semestre 2000, la compagnie aérienne a essuyé une perte de 6 millions de francs.

«Si les pilotes ne se soumettent pas aux propositions issues des négociations et exigent encore plus, il faudra procéder à une restructuration en profondeur», a menacé le patron de SAirGroup. Concrètement, Philippe Bruggisser a laissé entendre que cinq à dix appareils pourraient rester immobilisés ou être vendus.

Des lignes pourraient aussi être fermées et des emplois supprimés, a déclaré M. Bruggisser. Des plans concernant la fermeture des liaisons déficitaires ont été préparés, a précisé Mme Tschanz. Par ailleurs, le renouvellement de la flotte de Crossair a été partiellement arrêté.

«Nous ne souhaitons pas en arriver à prendre des mesures aussi radicales», a toutefois souligné la porte-parole. La priorité principale reste toujours de trouver un accord avec les pilotes de la compagnie régionale.

Réunie vendredi soir, la base du syndicat des pilotes de Crossair a refusé à une majorité de 62,7 pour cent des voix la nouvelle CCT qu'avaient négociée ses représentants. Cette nouvelle CCT aurait entraîné des coûts supplémentaires pour la compagnie bâloise de 30 à 40 millions de francs.

La nouvelle CCT prévoyait une hausse des salaires étalée sur trois ans. Les pilotes avaient également obtenu des vacances plus longues ainsi qu'un droit de regard sur les décisions opérationnelles les plus importantes. Le nombre de jours de congé était augmenté et les prestations des assurances améliorées.

Une meilleure compensation financière était également prévue pour les heures supplémentaires. Les pilotes avaient aussi obtenu une meilleure régulation du temps de travail. Cette CCT était considérée comme «la meilleure que nous puissions obtenir», estimait au mois de septembre Heinz Marti, porte-parole du syndicat CCP.

swissinfo avec les agences

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

×