Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Conflit de pouvoir résolu chez Von Roll

Le président du conseil d'administration de Von Roll Oskar Ronner a dirigé une assemblée décisive.

(Keystone)

Les actionnaires de Von Roll ont finalement choisi de suivre la famille allemande von Finck. Détentrice d'une part importante de l'entreprise suisse, elle est désormais majoritaire au conseil d'administration.

Quatre des cinq membres de ce conseil ont annoncé leur démission. Le directeur général du groupe Walter Vogel se retire lui aussi.

Après près de deux heures d'un débat parfois houleux, la famille von Finck a pris lundi en fin d'après-midi le contrôle total de Von Roll au cours d'une assemblée générale extraordinaire.

Les quatre nouveaux administrateurs qu'elle proposait ont été élus par 58% des suffrages au sein du conseil d'administration du fabricant alémanique d'isolants électriques.

Les nouveaux venus sont l'ancien patron d'OC Oerlikon, Thomas Limberger, le patron de Mövenpick - propriété des von Finck - Guido Egli, le président du conseil d'administration de Mövenpick, Peter Kalantzis, ainsi que l'Allemand Gerd Amstätter.

Les actionnaires ont également suivi les von Finck en se prononçant en faveur d'une augmentation jusqu'à un tiers du capital actuel de l'entreprise. Celui-ci pourrait atteindre 323 millions de francs.

Démissions en chaîne

A la suite de ce revers, quatre membres du conseil d'administration opposés aux von Finck ont annoncé leur démission pour la prochaine séance agendée jeudi. Il s'agit du président Oskar Ronner, du vice-président Alfred M. Niederer, de Thierry Lalive d'Epinay et de Thomas Straumann.

Tous avaient en effet annoncé au préalable qu'ils se retireraient en cas de prise de pouvoir des von Finck. Le directeur général de Von Roll, Walter Vogel, a lui aussi annoncé son retrait.

Cette prise de contrôle représente une lourde défaite pour le groupe d'actionnaires emmené par Oskar Ronner et les entrepreneurs Thomas Straumann et Rudolf Maag. Ce pool détient 20,8% du capital de Von Roll, tandis que la famille von Finck en possède près de 32%.

Au cours de l'assemblée, Oskar Ronner a en vain rappelé la bonne situation dans laquelle se trouve actuellement l'entreprise et ses doutes sur la stratégie d'expansion voulue par les von Finck. Du précédent conseil d'administration, seul Gerd Peskes, représentant des von Finck, reste en place.

Von Roll restera suisse

Le nom du successeur de Walter Vogel n'est du reste pas encore connu. Les représentants des von Finck n'ont pas souhaité s'exprimer sur le sujet. L'Allemand Thomas Limberger est pressenti pour occuper le poste de CEO.

Les actionnaires peuvent espérer que Von Roll «retrouve son statut de perle industrielle», a-t-il promis au cours de l'assemblée. «Le nouveau conseil d'administration va rapidement mettre en place et appliquer une stratégie d'expansion», a-t-il poursuivi, sans toutefois citer de noms quant à d'éventuelles cibles de rachat.

«Von Roll est une entreprise helvétique et elle le restera», a encore ajouté Thomas Limberger sous les huées de certains actionnaires.

A nouveau la diversification

Reste que le changement au sein du directoire de Von Roll devrait avoir un impact sur la stratégie du groupe. La famille von Finck prône en effet une diversification des pôles d'activité de Von Roll, une tactique qu'elle avait déjà appliquée entre 1997 et 2002, époque où elle était actionnaire majoritaire.

Le groupe avait alors multiplié les secteurs d'activité – acier, fonderie, logistique, environnement, matériaux d'isolation – et négligé sa gestion financière pour finalement se retrouver au bord de la faillite. En matière de diversification, les visées de la famille von Finck restent toutefois pour l'instant floues.

swissinfo et les agences

En bref

Von Roll est une entreprise fondée en 1823 dans le canton de Soleure.

Active dans la sidérurgie (fer et acier), elle a longtemps compté parmi les fleurons de l'industrie helvétique, un statut qu'elle a aujourd'hui perdu. En 1996, Von Roll a vendu son secteur acier à la holding Von Moos, laquelle a été absorbée dans Swiss Steel.

En 2003, Von Roll a échappé de justesse à la faillite, abandonnant ses fonderies et ne conservant que l'activité d'isolation électrique.

En trois ans, le nombre d'employés est passé de 6000 à 2000.

En 2006, Von Roll a réalisé un chiffre d'affaires de 548 millions de francs et un bénéfice de 23,5 millions de francs.

Au premier semestre 2007, le groupe a réalisé un chiffre d'affaires de 345 millions de francs, en hausse de 16% par rapport à l'année précédente. Quant au bénéfice, il a progressé de plus 100% à 23 millions de francs.

Fin de l'infobox

Von Finck

La famille du baron August von Finck est entrée dans le capital de Von Roll dans les années 90 déjà. Elle est aujourd'hui l'actionnaire le plus important de l'entreprise.

La famille von Finck possède une fortune estimée à 10 milliards de francs amassée principalement grâce à la banque privée munichoise Merck Finck & Co. August von Finck a vendu cet établissement, qui était alors le troisième dans le secteur privé allemand, à la banque britannique Barclays en 1990.

August von Finck possède également des parts dans la Société générale de surveillance (SGS), dont le siège est à Genève, et dans Mövenpick.

En 1999, la famille von Finck s'est installée dans le canton de Thurgovie, achetant le château de Weinfelden.

Fin de l'infobox


Liens

×