Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Congo: le CICR à nouveau meurtri

Les collaborateurs du CICR ont été retrouvés morts près de leurs deux véhicules.

(Keystone)

Six collaborateurs du CICR ont été tués jeudi après-midi, dont deux délégués expatriés, dans le nord-est de la République démocratique du Congo (RDC). Parmi les deux délégués se trouve une Suissesse de 36 ans.

Les quatre collaborateurs congolais et les deux délégués ont été tués par des inconnus, alors qu'ils étaient en mission dans la province d'Ituri, près de Bunia, a précisé, vendredi un porte-parole du CICR à Genève, Juan Martinez. Les six employés sont tombés dans une embuscade.

Les collaborateurs du Comité international de la Croix-Rouge (CICR) ont été retrouvés morts près de leurs deux véhicules à une trentaine de kilomètres au nord de Bunia, près de la frontière ougandaise, a précisé le porte-parole. Le contact avait été perdu avec l'équipe jeudi après-midi.

L'organisation «condamne avec la dernière énergie» cette attaque ainsi que le non-respect de l'emblème de la Croix-Rouge, a indiqué un communiqué.

Le CICR a précisé que l'équipe était composée de deux femmes et de quatre hommes: Rita Fox, infirmière de Berne (36 ans), Julio Delgado (délégué secours de nationalité colombienne, 54 ans), ainsi que quatre Congolais: Véronique Saro (collaboratrice de 33 ans), Unen Ufoirworth (de l'agence de recherches du CICR, 29 ans), Aduwe Boboli (chauffeur de 39 ans) et Jean Molokabonge (chauffeur de 56 ans).

Le CICR s'est déclaré profondément choqué par cet assassinat et exprime sa sympathie aux familles des disparus. «Ils ont sacrifié leur vie à un idéal de solidarité avec les victimes du conflit en RDC», affirme l'organisation.

Cette région reculée est occupée par les forces ougandaises qui appuient le mouvement rebelle en RDC. Elle est aussi le théâtre d'affrontements interethniques entre tribus Lendus et Hemas.

L'assassinat des six employés du CICR est le plus grave accident qui frappe l'organisation humanitaire depuis les assassinats de six délégués dans le sud de la Tchétchénie, à Novy Atagui, en décembre 1996, et la même année l'assassinat de trois autres délégués en juin au Burundi.

swissinfo avec les agences


Liens

×