Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Conseil fédéral: le PS adresse un carton rouge à l'UDC

Franco Cavalli, président du groupe socialiste aux chambres: "l'UDC ne joue plus le jeu de la concordance".

(Keystone)

Les Socialistes demandent aux Démocrates-chrétiens et aux Radicaux de proposer un successeur à Adolf Ogi. Ils estiment que l'UDC doit être suspendue du gouvernement tant qu´elle n´aura pas retrouvé une aptitude à la concordance. Le PRD et le PDC refusent.

Le Parti socialiste suisse (PSS) ne veut plus de l'Union démocratique du centre (UDC) au Conseil fédéral pour le moment. Selon la présidence du parti et celle du Groupe socialiste aux Chambres fédérales, l'UDC est actuellement dominée par une tendance blochérienne. Qui n'est plus disposée à jouer le jeu de la concordance.

Réunis, mercredi, à Berne, pour discuter de la succession d'Adolf Ogi, les responsables socialistes ont tout d'abord réaffirmé leur appui plein et entier à la concordance grâce à laquelle la Suisse a pu maintenir sa cohésion sociale et politique au cours des dernières décennies.

Partisan d'une Suisse ouverte et sociale, le Parti socialiste entend renforcer la concordance le 6 décembre prochain, à l'occasion de l'élection du successeur d'Adolf Ogi par l'Assemblée fédérale. Une concordance qui doit pousser au compromis les partis qui la reconnaissent.

Or, estime le PSS «force est de constater que l'UDC dominée par la tendance blochérienne n'est plus disposée aujourd'hui à une telle attitude». Et d'ajouter que depuis des années l'UDC n'assume plus la responsabilité collective d'une Suisse qui doit prendre en compte les besoins de l'ensemble de la population. Pire, le PSS, accuse le parti de Christoph Blocher de mener une «politique d'obstruction destructrice» dirigée contre l'Etat et les institutions.

Dans ces conditions, le PS exige que le siège de l'UDC au Conseil fédéral soit suspendu. Et il propose au Parti radical (PRD) et au Parti démocrate-chrétien (PDC) que le siège d'Adolf Ogi soit provisoirement occupé par une candidate ou un candidat issu de leurs rangs.

Mais sa proposition a été sèchement balayée Le chef de presse du PRD et futur secrétaire général Guido Schommer a qualifié la proposition d'irréaliste: «l'exclusion de l'UDC n'entre pas en ligne de compte pour le PRD. En la proposant, le PS perd sa crédibilité.» Quant au PDC, il dénonce «le coup médiatique» monté par le PSS.

swissinfo avec les agences

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

×