Contamination bactérienne au Japon: Nestlé s'alliera tout de même avec Snow Brand

A l´origine de la plus grave intoxication alimentaire au Japon, Snow Brand doit retirer des magasins de nouveaux produits laitiers suspectés de contamination bactérienne. Mais Nestlé persiste à vouloir sceller avec lui une alliance stratégique.

Ce contenu a été publié le 28 septembre 2000 - 18:22

Nestlé ne s'inquiète pas autrement de ce nouveau retrait de produits de la part de Snow Brand. Et il n'a pas tort, même si son projet d'alliance avec le numéro un japonais des produits laitiers n'est pas sans risques.

Mais depuis qu'il a été placé sous haute surveillance par les autorités sanitaires japonaises, Snow Brand n'a plus droit à la plus petite négligence humaine. A la moindre alerte, il retire ses produits. Cela a l'effet de rassurer, dans une certaine mesure, les buveurs de son lait quand bien même la majorité d'entre eux doivent encore mettre fin au boycottage de ses produits.

Le groupe d'Osaka ne regagnera pas la confiance de sa clientèle en l'espace de quelques mois après que son lait, durant cet été plus chaud et humide que les précédents, ait intoxiqué plus de 14 000 personnes; deux d'entre elles, parmi les plus âgées, sont, entre-temps, décédées.

Mais Nestlé Japon sait que c'est dans son intérêt de s'allier avec Snow Brand s'il veut avoir accès à son vaste réseau de distribution. S'il entend également réduire sa dépendance envers le café instantané et, au cours de cette décennie, réussir son ambitieuse politique de diversification.

La filiale japonaise du groupe suisse est l'une des plus profitables, le marché japonais l'un des plus riches et des plus compétitifs de la planète. En profitant de l'affaiblissement momentané de Snow Brand pour s'entendre avec lui, et, qui sait, un jour entrer dans son capital, Nestlé a une chance unique au Japon de mettre fin à plusieurs années de stagnation de son chiffre d'affaires. Et de retrouver, après 87 ans de présence dans l'archipel, un nouveau souffle.

Georges Baumgartner, Tokyo

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article