Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Contre le durcissement de la politique de migration

Caritas demande également une régularisation des 'sans-papiers'.

(Keystone)

Caritas exige une politique de migration durable de la part de la Suisse. Dans ce but, l'œuvre d'entraide réclame une réglementation plus généreuse quant au statut des 'sans-papiers'.

L'organisation catholique demande en outre une ouverture plus large du marché du travail suisse aux ressortissants des pays non membres de l'Union européenne.

Caritas a présenté mardi à Berne son papier de position intitulé 'Où en est la politique migratoire de la Suisse?'. Son directeur Jürg Krummenacher en a souligné les points centraux, à savoir la politique d'asile et des étrangers, la question des 'sans-papiers' et la politique d'intégration.

Dans le domaine de l'asile, l'organisation caritative estime que l'évolution de la législation helvétique suit une logique de durcissement problématique du point de vue des droits de l'homme. Elle relève que, sous prétexte du combat contre les abus, le droit d'asile a été «considérablement affaibli».

Pour Jürg Krummenacher, la Suisse devrait au contraire mettre en place une politique de migration durable et orientée vers l'avenir afin d'éviter, ou du moins de réduire, l'immigration illégale – dont le phénomène des sans-papiers est, selon lui, la face cachée.

Des droits et des devoirs

Au chapitre des mesures en matière de politique migratoire, Caritas préconise notamment le regroupement familial rapide lors d'une admission provisoire en Suisse, l'admission contrôlée de travailleurs peu qualifiés provenant d'Etats tiers ou enfin la régularisation plus généreuse des sans-papiers.

L'amélioration constatée en matière d'intégration et le besoin accru en main d'œuvre peu qualifiée - que la nouvelle loi sur les étrangers ne permettra pas de couvrir -, justifie ces revendications, selon Caritas.

En ce qui concerne précisément l'intégration, l'œuvre d'entraide exige par ailleurs une politique qui comprend des droits et des devoirs – tant pour les migrants que pour les autochtones. Et de prôner également une naturalisation rapide et des droits politiques pour les personnes établies en Suisse.

150 projets réalisés

Au niveau du bilan de l'année 2006, Caritas indique qu'elle a renforcé son travail d'intégration, en particulier auprès des jeunes. Sur le plan suisse, près de 150 projets ont été réalisés, qui, selon Jürg Krummenacher, ont bénéficié à près de 130'000 personnes dans le besoin.

Quelque 4700 bénévoles ont effectué au total 379'000 heures de travail. La collaboration internationale a été privilégiée lors des interventions d'aide à la reconstruction dans les régions touchées par le tsunami, mais également en Iran, au Pakistan, à Java ou au Darfour.

swissinfo et les agences

Faits

Bilan 2006 de Caritas:

Dons privés: plus de 24 millions de francs
Supplément de 43,3 millions provenant de la Chaîne du Bonheur et d'autres organisations liées à Caritas.
Contribution publique: 29,6 millions de francs
Dépenses: 113,6 millions de francs, dont 68 millions pour des projets à l'étranger.
Récolte de fonds, publicité et administration: 6,5% des dépenses

Fin de l'infobox

Alliance Sud

Fondée en 1971, Alliance Sud constitue la communauté de travail de six grandes organisations suisses en matière de coopération et d'aide au développement niveau international: Swissaid, Action de Carême, Pain pour le prochain, Helvetas, Caritas et Eper.

Alliance Sud a pour but d'influencer la politique de la Suisse en faveur des populations les plus pauvres du monde, principalement au moyen de campagnes, de conférences, voire d'interpellations.

Fin de l'infobox


Liens

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

×