Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Coopération policière avec la Lettonie

Christoph Blocher va passer trois jours à Riga, la capitale de la Lettonie.

(imagepoint)

La Suisse et la Lettonie ont uni leurs forces en matière de coopération policière afin de lutter contre la criminalité transfrontalière.

Le ministre suisse de la justice Christoph Blocher et le ministre letton de la Justice Eriks Jekabsons ont signé un accord bilatéral lundi à Riga.

C’est dans le cadre d’une visite de trois jours en Lettonie que le ministre suisse de la Justice Christoph Blocher – qui rencontrera notamment son homologue Solvita Aboltina, la présidente Vaira Vike-Freiberga et le ministre de l'Intérieur Eriks Jekabsons - va signer lundi prochain un accord de coopération entre les deux pays.

Celui-ci vise à réglementer les questions relevant de l'échange d'informations dans le domaine de la police, de la coordination, de l'entraînement et de la formation, et touche également à la mission de l'attaché de police chargé de liaison.

La «sainte» voie bilatérale

L'accord avec la Lettonie s'inscrit dans la ligne des objectifs visant à lutter contre la criminalité transfrontalière non seulement par la coopération multilatérale (via Interpol et Europol), mais aussi par la signature d'accords bilatéraux ciblés.

«La Suisse possède des accords de ce type avec tous ses pays voisins, explique Béatrice Born. Un tel accord est également en vigueur avec la Hongrie. Celui signé avec la Slovénie doit encore être ratifié et il existe un projet en cours avec la République tchèque.»

Pour la porte-parole du DFJP, l’idéal serait de posséder de tels accords bilatéraux avec tous les pays. Ceux de l’Union européenne à l’Est, mais aussi avec la Russie.

Libre circulation et marché du travail

La signature du traité bilatéral de coopération policière avec la Lettonie intervient dans un contexte très spécial. Le peuple suisse doit en effet se prononcer le 5 juin sur les accords de Schengen et Dublin.

Pour mémoire, l’accord de Schengen prévoit une collaboration entre les Etats dans les domaines de la justice et de la police, notamment pour la lutte contre le crime organisé et les trafics d’armes et de drogue.

Celui de Dublin prévoit également une collaboration entre Etats, dans le domaine de l’asile. Il s’agit notamment d’éviter qu’un requérant débouté dans un pays puisse présenter une demande dans un autre pays.

D’autre part, une votation populaire aura également lieu en septembre sur l’extension aux dix nouveaux membres de l’UE – dont la Lettonie - de l’accord sur la libre circulation des personnes que la Suisse possède déjà avec l’Europe des quinze.

Depuis le premier mai 2004, la Lettonie, mais aussi la Lituanie, la Slovénie, la Pologne, la République tchèque, la Slovaquie, la Hongrie, Malte et Chypre font également partie de l’Europe élargie.

Et passablement de citoyens helvétiques sont effrayés à l’idée d’une éventuelle prise d’assaut du marché du travail par une main d’œuvre bon marché provenant de ces pays.

swissinfo et les agences

Faits

Ce traité est le premier du genre signé avec un pays balte
La Suisse possède déjà de tells traités avec cinq autres pays, soit avec ses quatre voisins directs (France, Allemagne, Italie et Autriche) et la Hongrie.
Un tel accord a été signé avec la Slovénie et doit encore être ratifié.
Un projet similaire est en cours avec la République tchèque.

Fin de l'infobox

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Sondage Suisses de l'étranger

Sondage: clavier et main close up

Suisses de l’étranger, donnez-nous votre avis

Meinungsumfrage

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.