Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le vice-président américain Mike Pence et le vice-premier ministre japonais Taro Aso. M. Pence a réaffirmé le soutien des Etats-Unis au Japon face à la menace nord-coréenne.

KEYSTONE/AP/EUGENE HOSHIKO

(sda-ats)

Donald Trump a salué les efforts de la Chine pour faire pression sur la Corée du Nord. Les deux pays collaborent "étroitement", selon son secrétaire à la Défense. Washington tente aussi de rassurer le Japon, deux jours après un nouvel essai de missile par Pyongyang.

L'essai de dimanche "montre pourquoi nous travaillons si étroitement avec les Chinois maintenant, après la rencontre de Mar-a-Lago (Floride)" entre le président américain et le président chinois Xi Jinping, a déclaré le secrétaire à la Défense Jim Mattis à des journalistes dans l'avion l'emmenant pour une tournée vers le Moyen-Orient.

Cet effort commun vise à "garder sous contrôle" la situation en Corée, et "vise une péninsule coréenne dénucléarisée", un objectif partagé par "la Chine et les Etats-Unis, la Corée du Sud et le Japon", a-t-il affirmé. "Nous avons tous le même intérêt", a-t-il assuré.

Face à la montée des périls, la Chine a elle aussi insisté sur le recours aux voies diplomatiques. "Ce sont les premières options" pour résoudre les tensions dans la péninsule, a déclaré mardi le ministre chinois des Affaires étrangères Wang Yi lors d'une conférence de presse.

Bonnes relations avec Xi

Dans un entretien diffusé mardi par la chaîne Fox News, Donald Trump a de son côté salué les efforts de la Chine face à Pyongyang et affirmé avoir "développé une très bonne relation" avec Xi Jinping. En échange, il a expliqué avoir renoncé pour l'instant à ses menaces d'une guerre commerciale contre Pékin.

"Qu'est-ce que je suis donc censé faire? Lancer une guerre commerciale contre la Chine pendant qu'il est en train de travailler sur un problème franchement plus gros, avec la Corée du Nord?", a expliqué M. Trump. "Je traite donc la Chine avec respect, j'ai un grand respect pour lui (Xi Jinping, ndlr). Et on verra à présent ce qu'il peut faire."

Pékin a officialisé le 18 février l'interruption de ses importations de charbon nord-coréen. Une mesure saluée par Donald Trump dans cet entretien. "Personne n'a jamais vu ça. Personne n'a jamais vu de notre côté une réponse aussi positive de la Chine."

Patience révolue

Interrogé sur sa stratégie militaire, le président américain n'a rien voulu révéler. "J'espère qu'on va avoir la paix, mais ça fait longtemps qu'on parle avec ce monsieur (le dirigeant nord-coréen Kim Jong-Un, ndlr)", a-t-il dit.

Rappelant notamment les tentatives de ses prédécesseurs démocrates Bill Clinton et Barack Obama, il a conclu: "Tout le monde s'est fait avoir. Ils se sont tous fait avoir par ce monsieur et nous allons voir ce qui va maintenant se passer."

Quelques heures plus tôt, son vice-président Mike Pence avait assuré à Tokyo que "l'ère de la patience stratégique" envers la Corée du Nord était révolu.

"Toutes les options sont sur la table, mais le président Trump est décidé à oeuvrer en étroite collaboration avec le Japon, la Corée du Sud, nos alliés dans la région et avec la Chine pour aboutir à une solution pacifique et à la dénucléarisation de la péninsule coréenne", a-t-il dit.

Menace de "guerre totale"

Cet énième avertissement adressé au régime stalinien est intervenu au lendemain de la mise en garde du même Mike Pence, qui a déclaré que les récentes frappes américaines en Syrie et en Afghanistan démontraient qu'il ne fallait pas abuser de la patience de Donald Trump.

Pyongyang n'a pas paru s'en émouvoir. Son chef de la diplomatie Han Song-Ryol a laissé entendre que Pyongyang comptait accélérer le rythme de ses tirs balistiques. "Nous allons mener plus d'essais de missiles de manière hebdomadaire, mensuelle et annuelle", a-t-il dit à la BBC, agitant la menace d'une "guerre totale".

A 100% avec Tokyo

Face à cette menace, M. Pence a réaffirmé l'importance de l'alliance militaire avec le Japon. L'alliance entre Washington et Tokyo "est la pierre angulaire de la paix et de la sécurité en Asie du nord-est", a-t-il déclaré au début d'une rencontre avec le Premier ministre nippon Shinzo Abe.

"Nous sommes 100% avec vous", a-t-il ajouté à son hôte. M. Abe a pour sa part appelé à une solution "pacifique" à la crise nord-coréenne, ajoutant cependant: "le dialogue pour le dialogue n'a aucune valeur et il est nécessaire de faire pression".

Le 6 mars, la Corée du Nord avait tiré quatre missiles balistiques vers le Japon et trois d'entre eux s'étaient abîmés dans les eaux territoriales nippones.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS