Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Corées: la Suisse temporise avant de proposer ses «bons offices»

Le premier ministre britannique, Tony Blair, et le président sud-coréen, Kim Dae-Jung, en discussion avant l'ouverture du sommet Asie-Europe.

(Keystone)

La décision des gouvernements anglais et allemands de normaliser leurs relations diplomatiques avec la Corée du Nord a dominé le sommet Asie-Europe de Séoul. La Suisse attend des gestes «significatifs» pour «prendre des initiatives».

Pas question en effet pour Berne de précipiter les choses. Le gouvernement suisse attend de voir comment évolue le rapprochement entre les deux Corées pour prendre des initiatives.

Actuellement représentée à Pyongyang par un chargé de mission humanitaire, la Confédération n'envisage pas de renforcer dans l'immédiat son personnel diplomatique en Corée du Nord.

Le statu-quo demeure également pour les cinq militaires helvétiques membres de la délégation des pays neutres auprès de la commission d'armistice (NNSC) et installés à Panmunjom, au milieu de la zone démilitarisée qui divise la péninsule.

Faute de gestes «significatifs» de la part du régime communiste de Pyongyang, la Confédération estime, selon un diplomate suisse rencontré à Séoul, qu'«il n'est pas nécessaire d'accélérer le mouvement».

La montée du mécontentement suscité en Corée du Sud par le processus de réconciliation - jugé par beaucoup trop favorable au Nord - est en outre «un élément à ne pas négliger», affirme-t-on du côté de la représentation helvétique dans la capitale sud-coréenne.

Ce qui n'empêche pas le Département fédéral des affaires étrangères de suivre de très près «la politique du soleil qui brille» (sunshine Policy), entreprise par le Président Kim Dae Jung, qui a reçu pour cela le premier Prix Nobel de la paix du millénaire.

Une chose est sûre toutefois: les diplomates et militaires helvétiques s'avouent prêts «à prendre des initiatives», si cela peut faciliter le processus en cours. Le fait que les militaires suisses soient présents à Panmunjom depuis maintenant 47 ans est «un atout non négligeable», confirme une source à la frontière.

Les membres helvétiques de la Mission des pays neutres connaissent en particulier très bien les termes de l'armistice, et pourraient remplir, si le besoin s'en fait sentir, une éventuelle mission de «bons offices».

«Nous attendons que le soleil brille aussi à la frontière», explique un officier suisse, plutôt perplexe devant la frénésie diplomatique actuelle vis-à-vis de Pyongyang, où le régime communiste en place n'a toujours pas fait de concession sensible.

Jacques Flament, Seoul

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

×